Israël viennent en aide au Maroc contre la puissance militaire de l’Algérie

0
Maroc Israel
Advertisement

Maroc Algerie: Homme politique et chercheur marocain, le prince Hicham Alaoui, cousin du roi du Maroc Mohammed VI, a plongé dans le contexte de la récente vague de normalisation avec Israël (accords d’Abraham), qui s’est arrêtée dans le monde arabe dès que l’ancien président américain Donald Trump a quitté la Maison Blanche, et a conclu qu’il n’avait pas de but, si ce n’est une tentative d’intimidation par la presse écrite sur les pays voisins.

Alaoui a évoqué la normalisation de son pays avec l’entité sioniste, et a déclaré que le Maroc considère Tel-Aviv comme un refuge qui peut être abrité, pour faire face à la supériorité militaire croissante de l’État algérien, et a écrit dans un article publié sur le « Orion 21 » Site internet : « Le Maroc voit en Israël un partenaire utile face aux progrès de l’Algérie dans certains secteurs militaires.

Au milieu de son analyse (pragmatique) de la récente vague de normalisation, Al Alawi a fait référence à la situation des EAU, affirmant qu’elle était motivée par une obsession de la peur de l’Iran : « Les EAU voient Israël comme un allié dans le cadre d’un accord mutuel. dispositifs de sécurité visant à affronter l’Iran, qu’ils considèrent comme une menace existentielle. Les EAU considèrent également les liens technologiques et financiers d’Israël comme vitaux pour l’accès économique à l’Afrique.

Quant à la normalisation du Soudan, elle l’a liée à la volonté des responsables de ce pays, qui travaillaient dur pour retirer le pays de la liste des pays qui soutiennent le terrorisme, leur donnant la possibilité de s’ouvrir à la coopération économique et militaire avec l’Ouest, après de nombreuses années de siège.

L’approche de l’émir marocain pour démanteler les mystères du scandale de la normalisation trouve plus que justifiée dans le cas marocain. Rabat est dans un isolement régional sans précédent, assiégé à l’est par l’Algérie, et au sud par le conflit du Sahara occidental, ainsi comme la Mauritanie, qui regarde Rabat avec méfiance, et la Tunisie, qui a renoncé à sa neutralité Et elle s’est rapprochée de l’Algérie, et c’est ce qui lui a fait comme si elle nageait dans un océan tumultueux.

Quant à son différend avec l’Algérie, il l’a conduit à une course aux armements à un rythme accéléré qui lui a rendu difficile de suivre le rythme de son voisin de l’Est, ce qui l’a laissé à grands pas dans cette course, en raison de la force des moyens de ce dernier. , contrairement à la rareté des ressources marocaines, dans une situation difficile pour elle même de fournir de la nourriture et de l’énergie à des millions de Marocains qui vivent dans une pauvreté insupportable.

Ce qui a accru la fragilité du Maroc, selon les observateurs, c’est la froideur de ses relations avec certaines de ses sœurs du Golfe, l’Arabie Saoudite en tête, qui finançaient les contrats d’armement marocains, ce qui l’empêche cette fois d’initier des contrats d’armement qui permettraient avec l’Algérie, et n’a donc trouvé de refuge que dans l’entité sioniste, qui ne peut fournir ce que Rabat recherche.

Cette approche est renforcée par d’autres données qui ont immédiatement suivi les accords de normalisation, à savoir les visites fréquentes à la base militaire, des hommes de sécurité et de renseignement du régime sioniste. Ces visites, bien qu’elles aient vu la signature de protocoles de coopération en matière de sécurité et de renseignement, mais leur les calculs vont bien au-delà de cette coopération, qui n’est pas le résultat des accords de normalisation d’Abraham, mais plutôt Elle remonte aux premiers jours de la naissance de l’entité sioniste et sans interruption, même dans la période précédant la normalisation ou celles dans lesquelles elle s’est arrêtée temporairement, de 1994 à 2000.

De l’avis des militants marocains sur les réseaux sociaux, la récente normalisation a d’autres origines que la sécurité et la coopération militaire, et ils soulignent qu’elle a à voir avec la situation intérieure au Maroc, notamment en ce qui concerne l’avenir de la monarchie, ainsi que le successeur du roi Mohammed VI, qui souffre de maladies incurables, compte tenu de la présence d’un différend sur le mécanisme du transfert d’État, entre le fils de l’actuel roi, le prince héritier Hassan, et le prince Rashid, son oncle et son frère Du roi.

Selon des militants, la pénétration sioniste dans le système makhzen vise à sécuriser les craintes susmentionnées, à travers le contrôle du service de renseignement sioniste « Mossad » sur les services de sécurité marocains et l’armée, dans le but d’éliminer tout mouvement visant le palais dans son la petite enfance, qui est l’une des préoccupations suscitées par l’aggravation de la fragilité de la situation intérieure.

Article précédentSuisse : évasion de prison d’un algérien en situation irrégulière
Article suivantPrésidente éthiopienne : Visiter l’Algérie est un pèlerinage!!