Javier Milei, le Nouveau Président de l’Argentine : Un « Mini-Trump » aux Portes de l’Amérique du Sud

0
Javier Milei, le Nouveau Président de l'Argentine : Un "Mini-Trump" aux Portes de l'Amérique du Sud

L’Argentine, ce pays d’Amérique du Sud connu pour son histoire tumultueuse, a une nouvelle figure à sa tête, et elle suscite des réactions passionnées dans le monde entier. Javier Milei, le « populiste anarcho-capitaliste », a été élu président de l’Argentine le 19 novembre, et son mandat a débuté officiellement le 10 décembre. Dans cet article, nous plongerons au cœur du phénomène Milei, un personnage qui, avec son style radical et ses idées controversées, est comparé à des figures telles que Donald Trump, Jair Bolsonaro et même Margaret Thatcher.

Le « Mini-Trump » Argentin

Dès les premiers jours de sa campagne présidentielle, Javier Milei a attiré l’attention avec sa rhétorique explosive et ses slogans anti-élites. Sa personnalité extravertie et provocante l’a rapidement fait surnommer le « mini-Trump » de l’Argentine. Mais qui est vraiment ce nouvel homme fort de la politique argentine ?

Le parallèle avec Donald Trump est inévitable. Milei n’hésite pas à brandir une tronçonneuse, symbolisant son intention de démanteler l’État, tout comme Trump a promis de « drainer le marécage ». Il a également fait l’éloge de l’ancien président américain comme l’un des meilleurs de l’histoire des États-Unis, soulignant leur alignement naturel dans leur lutte commune contre le socialisme et le communisme.

Le Trio de la Radicalité

Le point commun entre Javier Milei, Donald Trump et Jair Bolsonaro réside dans leur discours violent, parfois teinté de complotisme et de fake news. Durant sa campagne, Milei a dénoncé à plusieurs reprises des fraudes électorales imaginaires, rappelant ainsi les allégations similaires de Trump lors de l’élection présidentielle américaine de 2020.

Selon Christophe Ventura, spécialiste de l’Amérique latine, ces trois populistes profitent des crises profondes et des phénomènes mortifères, tels que le déclassement des classes moyennes, l’appauvrissement des pauvres et l’enrichissement des ultra-riches, pour asseoir leur pouvoir. Ils ont su canaliser la frustration de leurs électeurs en promettant un changement radical.

Le Programme de Milei : Entre Extrémisme et Libertarisme

Javier Milei se décrit lui-même comme un « anarcho-capitaliste ». Son programme économique repose sur la suppression de l’État et la dollarisation de l’économie argentine. Il veut aller vite et fort, tronçonner l’État-ennemi, et créer une société quasiment sans État. Cette rhétorique radicale s’inscrit dans un contexte économique difficile, avec une inflation à 143 % et 40 % de la population vivant sous le seuil de pauvreté.

Cependant, il est important de noter que Milei se distingue de Trump et Bolsonaro sur certains sujets de société. Alors que ces derniers ont adopté des positions conservatrices sur les questions LGBTQI+ et des migrations, Milei adopte une approche plus pragmatique, prônant l’égalité des droits pour les personnes LGBTQI+ et même le mariage entre personnes de même sexe. Néanmoins, il reste farouchement opposé à l’avortement, cherchant à organiser un référendum pour son abrogation.

Margaret Thatcher d’Argentine ?

Finalement, Javier Milei n’est pas une simple copie de Trump ou de Bolsonaro. Il se rapproche davantage de Margaret Thatcher, l’ancienne Première ministre britannique, par son fervent désir de réduire l’État à sa plus simple expression. Il croit en une société sans État ou presque, prônant le libéralisme économique de manière presque religieuse.

Alors que les regards du monde entier se tournent vers l’Argentine et son nouveau président, une question persiste : Javier Milei parviendra-t-il à imposer son traitement de choc à un pays en crise ? Il a quatre ans pour convaincre, et son ascension fulgurante, de l’outsider à la présidence, rappelle que la politique est souvent imprévisible.

Le 10 décembre, jour du 40e anniversaire de la fin de la dictature argentine, marque le début officiel de son mandat. Alors que les critiques fusent et que les espoirs s’envolent, il est à noter que Trump et Bolsonaro, malgré leurs débuts radicaux, ont échoué à obtenir un second mandat. L’Argentine observera attentivement la présidence de Milei et se demandera si elle le reverra à l’œuvre pour un deuxième acte.

Article précédentLa Diplomatie Parlementaire Algérienne : En Route vers l’Union Parlementaire Africaine
Article suivantLa Hijama en France : Pratique Interdite pour Tous, y Compris les Médecins