L’ancien commandant de la 2e Région militaire, le général-major Saïd Bey, a été condamné, après cassation, à 15 ans de prison ferme. Il s’agit d’une confirmation du jugement prononcé en première instance, puis en appel.  

L’ancien commandant de la 2e région a décidé de se retirer lors de son procès, a précisé Liberté, indiquant que ses avocats ont interprété son attitude comme étant « un geste de défiance », vis-à-vis d’une justice qui, estiment-ils, « n’a pas pris en considération tout ce que la défense a produit comme preuves de son innocence ».

Il convient de rappeler que Saïd Bey est poursuivi dans deux affaires distinctes. Dans la première il était poursuivi pour « dissipation » et «  recel d’armes et de munitions de guerre au profit de personnes non habilitées à les détenir ». Selon la même source, l’affaire a trait à des armes que l’accusé avait remises à deux frères Haddad dans les années 90.

Dans la seconde affaire, le général était poursuivi pour « enrichissement illicite, de trafic d’influence et d’infraction aux consignes de l’armée », a précisé la même source.

Article précédentArgent détourné / l’Algérie réclame une restitution sans conditions
Article suivantLe privé, plus grand générateur d’emploi en Algérie