Justice: Nouveaux développements dans laffaire du directeur de la gestion des ports algériens Achour Djelloul

0
Achour Djelloul
Advertisement

Algérie: La chambre d’accusation du Conseil judiciaire de Mostaganem a rejeté la mise en liberté provisoire d’Achour Djelloul , directeur de la gestion des ports d’Algérie , « Monsieur Bor ».

La chambre d’accusation du Conseil judiciaire de Mostaganem, a soutenu toutes les ordonnances rendues le 18 mai de ce mois par le juge d’instruction de la deuxième chambre, d’emprisonner le président destitué, directeur général des ports algériens Gestion Complexe « Sir Port » Achour Djelloul, le directeur du port de Mostaganem et le directeur de l’exploitation L’interpellé, le directeur des finances et de la comptabilité, et le chef du service facturation, avec l’appui de l’ordonnance de contrôle judiciaire rendue contre le fonctionnaire de l’établissement de transit.

la chambre d’accusation a examiné l’appel des ordonnances du juge d’instruction, qui a été présenté par le comité de défense des accusés arrêtés, et a refusé de libérer et a confirmé la validité des procédures approuvées par le juge d’instruction.

La semaine dernière, le juge d’instruction du tribunal de Mostaganem avait ordonné la mise en détention provisoire de l’ancien président-directeur général de la Société de gestion des ports algériens « Sirbour » et du directeur général de l’Union sportive de la Capitale, Ashour Djelloul.

Jeudi dernier, les autorités judiciaires ont ouvert une enquête sur l’affaire de l’enlèvement et du transfert illégaux de 311 conteneurs contenant 1 064 voitures appartenant à l’ex-Tahkout Corporation, depuis le port de commerce de Mostaganem.

Le juge d’instruction a ordonné que le directeur général de la Société du port de Mostaganem, démis de ses fonctions la semaine dernière, ainsi que le directeur de l’exploitation et le chef du service facturation de la même société, soient placés en détention provisoire.

Il a également ordonné que le responsable de l’établissement de transit, qui était chargé du processus d’enlèvement des 300 conteneurs transportant des voitures importées, soit placé sous contrôle judiciaire.

Les détails de l’affaire sont dus à des informations reçues par le procureur de la République près le tribunal de Mostaganem selon lesquelles 311 conteneurs ont été sortis et transférés en violation de la loi, selon un communiqué du ministère public près le tribunal de Mostaganem.

Les conteneurs contiennent 1 064 voitures divisées de la marque « Hyundai », propriété de l’ancienne Tahkout Corporation, qui ont été importées en 2019 via le port de commerce de Mostaganem.

Les premières investigations ont abouti à la saisie et à la récupération de 311 conteneurs saisis en dehors de la juridiction.

Les investigations ont révélé la responsabilité du directeur général de la Société du port de commerce de Mostaganem, du directeur général du Complexe portuaire (SERPORT), de l’ancien administrateur judiciaire du Complexe de Tahkout et de leurs accompagnateurs.

Article précédentLe ministère de l’Intérieur menace de prendre des mesures dissuasives contre les contrevenants au principe de la gratuite des plages
Article suivantAfrique Football: Eto’o considère Tel Aviv comme sa maison et est attaqué par les Algériens