La campagne médiatique du régime marocain sur les jeux d’Oran atteint le stade de la folie

0
Jeux méditerranéens
Advertisement

Les médias du régime marocain ont consacré beaucoup d’espace aux Jeux Méditerranéens à Oran depuis sa création, en trompant et en diffusant de fausses informations sur l’important événement sportif.Ces derniers jours, cette campagne a atteint la folie à l’aide d’images composites. et des vidéos d’archives.

L’adepte de cette campagne peut comprendre la chose quand il s’agit des soi-disant « mouches d’entrepôt marocaines » à travers les réseaux, bien qu’il soit connu pour être une armée électronique dirigée par le renseignement, mais pour les médias officiels d’adopter cette campagne, avec Photos et vidéos fabriquées et anciennes, l’affaire confirme l’adoption de ce visage par le régime du Royaume.

A titre d’exemple des dizaines d’informations trompeuses qui sont publiées quotidiennement sur les Jeux Méditerranéens, la chaîne officielle « Midi 1 » a diffusé un fait divers dans l’une de ses publications sous le titre : Jeux Méditerranéens à Oran. La Fédération dénonce les « conditions de séjour désastreuses ».

Cependant, les responsables de cette chaîne n’ont pas encore compris que la campagne de désinformation et de diffusion de fausses nouvelles à l’ère des réseaux ne trompe plus le public, car mener une simple recherche sur la source de ces vidéos conduit à la détection de leur fausseté.

La recherche de la source de cette vidéo mène à un segment télévisé croate vieux de deux ans, et le 10 août 2020, j’ai accueilli le secrétaire de la Fédération croate de volley-ball pour parler de l’impact de la crise de Corona sur ce sport.

Avec un simple examen des deux images originales transmises par les médias du régime marocain, l’observateur découvre qu’elles correspondent dans tous les détails.Même l’invité de la classe porte la même robe, et voici le lien vers la classe sur YouTube :

Parmi les dizaines de fausses photos et vidéos que la machine de propagande du régime marocain pompe 24 heures sur 24, on trouve également des investissements dans les vestiges du récent tremblement de terre à Oran, dont les déclarations officielles ont été émises par les autorités et les missions des pays participants. , confirmant qu’ils n’ont eu aucun impact sur ces jeux et installations.

À titre d’exemple, la page du site Web des renseignements marocains appelé « Shouf TV », que la rue marocaine appelle le site « d’immoralité et de sédition », a recouru à l’installation d’une image autour de Kharga, le gouverneur d’Oran, pour inspecter les restes, afin de tromper les observateurs que ce tremblement de terre a complètement détruit l’état d’Oran. .

En se référant à l’image originale de la page officielle de l’état d’Oran, il s’avère qu’elle a été installée (ajout d’un fond à un toit avec des fissures), afin de justifier l’information qu’ils veulent transmettre au lecteur que le la vie des participants aux Jeux Méditerranéens est menacée, et c’est l’image originale.

la campagne de désinformation lancée par certains médias affiliés au régime marocain, contre les Jeux d’Oran, qui a connu un lancement largement salué au niveau mondial, a atteint le point de parler d’empoisonnements massifs d’athlètes étrangers.

Cela survient après que la campagne marocaine n’a pas réussi à perturber le tournoi d’Oran à partir du moment où il a été annoncé que la ville algérienne accueillerait l’événement sportif méditerranéen, et jusqu’aux derniers jours avant le début des jeux.

Lorsque les organisateurs de la session ont reçu la délégation du Royaume du Maroc avec une grande hospitalité, comme l’ont eux-mêmes reconnu les membres de la délégation marocaine, les médias marocains ont ignoré ce moment et ont déclenché une autre tempête pour empêcher les « journalistes sans accréditation » d’entrer sur le sol algérien, d’une manière qui confirme leur persistance à fomenter la sédition et à insulter l’Algérie.

Les jeux d’Oran continuent… Quant aux médias du régime marocain, il y a des tragédies qui méritent d’être couvertes, comme le massacre de Melilla, plutôt que des campagnes de désinformation et de propagation de rumeurs.

Médias du régime marocain.. De la mendicité des cartes et des aveux à la recherche de médiateurs avec l’Algérie

22 mai 2022 : L’observateur des informations diffusées par les médias affiliés au régime marocain ces derniers mois constate l’augmentation du niveau de la propagande dirigée vers l’Algérie, malgré l’ancienneté de cette tendance, mais elle est devenue surprenante et même ironique.

On sait qu’avant même que l’Algérie n’annonce la rupture des relations avec le Maroc à l’été 2021, les médias, étroitement liés aux services de renseignement marocains et au palais, concurrençaient largement les réseaux sociaux dans la diffusion d’informations qualifiées de fake news.

Cependant, le niveau de ces campagnes médiatiques a augmenté depuis la rupture des relations bilatérales, et les outils de propagande du régime marocain ont même dépassé les réseaux de communication, et la seule différence entre eux est que les militants font circuler émotionnellement ces fake news, mais ces sites et les journaux les publient à la demande et pour des objectifs précis que les laboratoires du palais dessinent à l’avance.

Ces objectifs vont d’une tentative d’éclipser et d’offenser tout ce qui est algérien, de promouvoir de fausses victoires diplomatiques, de dissimuler la souffrance du peuple marocain et l’état de tension interne, ainsi qu’une tentative de déformer le débat sur le Sahara occidental de territoire placé par les Nations Unies dans le cercle de la décolonisation, à celui de région marocaine qui veut couper les ponts avec le Royaume.

Cartes de contrôle des trajets

De ce point de vue, vous retrouvez ces médias écumant les sites officiels et les conférences organisées à travers le monde, à la recherche d’une carte qui ne montre pas la ligne de démarcation qui représente la frontière internationalement reconnue du Royaume avec la région du Sahara Occidental, afin de la présenter comme une victoire diplomatique pour le régime en place.

Ces médias tentent de contourner une réalité incontournable, à savoir que les Nations Unies et les grandes organisations internationales et institutions judiciaires internationales publient des cartes claires montrant la région indépendante du Maroc, et cette réalité ne changera pas sans que les Nations Unies ne déclarent un accord sur le conflit acceptable pour les deux parties, à savoir Rabat et le Front Polisario pour décider du sort des Sahraouis.

Mais la chose étrange à ce stade est que si le régime marocain et les médias qui lui sont fidèles considèrent et sont convaincus que ces terres appartiennent à son autorité, alors pourquoi le titulaire du droit recherche-t-il des documents et des papiers publiés ici et là pour confirmer cette conviction ? ? L’affaire est devenue comme l’histoire d’un voleur qui cherche de faux témoins pour tromper un vol qu’il a commis.

Quant à l’autre dossier, qui reçoit une grande partie de la « propagande » du régime marocain, il quémande la reconnaissance par les États de ce qu’il appelle l’initiative d’autonomie au Sahara occidental, et il en est venu à essayer pour plier le cou des textes contenus dans les déclarations conjointes avec d’autres pays, ainsi que pour modifier les déclarations documentées des responsables étrangers, pour montrer qu’il soutient l’offre marocaine.

Autonomie exposée au marché de Marrakech

Mais même annoncer le soutien de tel ou tel parti à ce projet, qu’il revendique comme une victoire diplomatique, est contraire au droit international et au processus politique en cours pour résoudre le conflit, car si Rabat a pris sa décision compte tenu de son occupation de l’Ouest Le Sahara, que les Sahraouis rejettent, est un fait accompli et cherche une couverture pour cela, Quel est le rôle de l’ONU, qui nomme un émissaire après l’autre pour discuter d’une solution acceptable au conflit qui satisfasse les deux parties ?

Aussi, s’il prétend que les Sahraouis ont accepté cette proposition, et que seul celui qui la rejette est le Polisario, la bonne façon de le confirmer est claire en organisant un référendum populaire sous contrôle international.

Malgré les déclarations de négation émises par les pays, en réponse à la déformation de leurs positions sur le conflit, le régime marocain poursuit la même démarche en incarnant le principe du « mensonge auquel a cru son propriétaire en raison de son utilisation fréquente ». communauté internationale dans la lutte contre ce groupe terroriste a conduit à demander des aveux aux pays actuels.

Bien que des pays comme la Turquie et les Pays-Bas, et après eux le commissaire européen à la politique étrangère Josep Borral, aient nié avoir exprimé leur soutien à la proposition marocaine, mais est-il raisonnable dans un pays qui se respecte et qui a aussi ses propres médias, que ces déclarations de refus passent sans un commentaire de ses institutions défendant ce qu’elles ont publié ? C’est une autre preuve de l’adoption de la diffusion de fausses informations comme principe dans la diplomatie du régime marocain.

Plus que les déclarations de négation, le « deal » avec le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, a commencé à sentir mauvais partout, et non pas l’Algérie ou les autorités sahraouies cette fois, mais les responsables et hommes politiques espagnols, parmi lesquels il fait presque l’unanimité, à propos de son exposition à l’extorsion par l’espionnage En échange d’un changement de position sur le conflit, est-il possible de remporter des victoires diplomatiques avec ces méthodes ignobles ?

Médiation pour quoi ?

le dernier épisode de cette propagande du régime marocain, c’est la mission de médias bien connus, dirigés par les renseignements du palais, de promouvoir une fausse médiation avec l’Algérie, et il est arrivé au point de publier des détails à ce sujet, dans un étrange mouvement que vous ne trouverez dans aucun pays qui se respecte.

Le principe de base de la médiation, comme chacun le sait, c’est que les deux côtés d’une crise acceptent de dialoguer, et un tiers qui a leur confiance fait des efforts pour rapprocher les points de vue afin de mettre fin au conflit, mais en la situation actuelle entre l’Algérie et le Maroc, il n’y a pas une telle atmosphère.

Le ministre algérien des Affaires étrangères répète, à chaque occasion, que cette crise n’a pas besoin de médiation, car le parti qui y a poussé est clair, et il lui suffit de mettre fin à ses campagnes apparentes et intérieures contre l’Algérie et de respecter ses promesses et pactes qu’il se rétracte à chaque fois, pour que les choses reviennent à la normale.

Le contenu de cette position est que pourquoi une médiation au nom de la clameur médiatique, pour se réveiller le lendemain matin avec une machine de propagande et des complots provenant du palais ? Pour remettre les choses à zéro.

Le régime marocain tient à chaque fois, à travers les déclarations de ses responsables, à faire semblant de ne pas attaquer l’Algérie pour tenter de confondre l’opinion publique interne et externe au sein de l’Etat algérien.

Le représentant du Maroc aux Nations unies essaie depuis des mois de commercialiser une fausse comparaison depuis son origine, à l’effet que tant que l’Algérie soutiendra le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui, elle veut créer un enjeu à partir de nulle part appelé « soutenir l’indépendance des tribus », ou soutenir un groupe séparé de son pays qui réside à Paris et se nourrit d’un projet fictif.

Mais l’ambassadeur du Maroc peut-il se convaincre lui-même de lier une affaire dont les Nations Unies discutent depuis des décennies et dont la crédibilité a été décidée par les cours de justice du monde, comme une affaire de décolonisation, à une affaire fictive qui n’existe pas en réalité?

L’Algérie est un centre d’attraction

L’une des choses les plus étranges que l’on puisse voir dans les médias du régime marocain, qui orientent toujours leurs flèches de manière coordonnée vers une seule question (avec des orientations suprêmes), c’est qu’il se préoccupe davantage des affaires de l’État dont les relations sont coupées avec lui , plus qu’il ne se soucie des préoccupations du peuple marocain et même du comportement de ses gouvernants et de leur gestion des affaires publiques.

la dernière de ces stations, que plusieurs médias marocains, soutenus par des hordes de mouches à travers les plateformes de communication, ont fait émerger ces derniers jours, pour suivre les démarches diplomatiques algériennes, qu’il s’agisse des visites effectuées par le président Abdelmadjid Tebboune ou le ministre des Affaires étrangères , et même des délégations internationales en visite en Algérie, en raison de l’état de vide dans leur pays.

Une anecdote est que ces mouches, et même les médias du régime là-bas, ne savent même pas où se trouve leur roi, Mohammed VI, qui est enfermé dans ses palais depuis des années et ne sort que pour prononcer des discours de palais et de rares réceptions à des étrangers. officiels, mais ils s’intéressent aux visites, aux discours et aux activités des ministres et du président d’un pays voisin comme s’il s’agissait d’une affaire intérieure.

Source diplomatique algérienne : La question de la médiation avec le Maroc est morte et enterrée

Une fois de plus, la presse marocaine a recommencé à commercialiser la question de la médiation par des parties internationales entre l’Algérie et le Maroc, notamment après la récente visite du ministre des Affaires étrangères du Royaume d’Arabie saoudite, Fayçal ben Farhan.

Ces sources sont allées jusqu’à évoquer les conditions – fictives – imposées par l’Algérie aux médiateurs saoudiens quant à la possibilité de reprendre les relations avec Rabat.

Dans la première réponse de l’Algérie, une source diplomatique algérienne a révélé, samedi, sur le site « Al-Shorouk Online », que toutes ces tentatives désespérées et malveillantes visent à « tenir en otage les relations bilatérales algéro-saoudiennes en affirmant hardiment que les efforts de médiation saoudiens étaient la sujet de discussion entre les deux parties. »

La source ajoute: « La question des relations entre l’Algérie et le Maroc n’a pas seulement été abordée lors des entretiens mentionnés, mais plus que cela, la position officielle algérienne a toujours été claire concernant toute initiative de médiation, quelle que soit sa nature ».

Il a poursuivi : « Il n’y a pas d’initiative discutable, car la décision est souveraine, justifiée par l’entière responsabilité du Maroc dans la détérioration de nos relations bilatérales ».

A cet égard, la source a souligné que les raisons qui ont conduit à la décision de rompre les liens avec le Maroc n’ont pas changé, et donc la position de l’Algérie à cet égard ne changera pas.

Revenant sur la visite de la délégation diplomatique saoudienne en Algérie, la même source a exprimé la satisfaction de l’Algérie pour « les entretiens fructueux qui ont eu lieu avec le ministre saoudien, compte tenu de l’importance du dialogue stratégique ambitieux qui existe entre les deux pays, qui a un grand poids dans la région, et dans les instances arabes et islamiques ».

« En outre, la concertation dans le cadre du groupe OPEP est un cadre très important dans la relation algéro-saoudienne, que les deux parties tiennent à développer et à exploiter toutes ses capacités en tenant régulièrement des réunions de haut niveau. » La source s’est également exprimée. sur « la préparation du prince héritier saoudien Mohammed bin Salman. » à se rendre en Algérie.

La source diplomatique algérienne a déclaré que l’Algérie et le Royaume d’Arabie saoudite coordonnent leurs positions, dans le cadre du sommet algérien de la Ligue arabe, pour accroître l’efficacité de l’action arabe commune face à de nombreux défis anciens et nouveaux, citant le soutien de l’Arabie saoudite. pour la nomination de l’Algérie à un siège de membre non permanent du Conseil de sécurité, qui exprime la confiance du Royaume d’Arabie saoudite, qui considère que « l’Algérie sera un acteur indispensable » pour soutenir la stabilité régionale et internationale.

Toutes ces données indiquent, selon la même source, la solidité des relations algéro-saoudiennes. Avant d’ajouter que « ceux qui veulent perturber nos relations stratégiques avec le Royaume d’Arabie saoudite ne devraient chercher que d’autres scénarios ».

Avant de confirmer en conclusion de son discours, en disant que : « L’exploitation de la soi-disant médiation, quelle qu’elle soit, est morte et a été enterrée, et ils devraient en pleurer la perte (le régime marocain) pour toujours ».

Les services secrets marocains font la promotion d’une fausse médiation avec l’Algérie

Le 13 mai, un site Internet affilié aux services de renseignement marocains a fait état d’allégations selon lesquelles l’Algérie aurait demandé aux médiateurs de la Fondation de Rabat d’avoir toute coopération militaire et sécuritaire avec l’occupation israélienne pour rétablir les relations, une information qu’une source officielle a qualifiée de fictive.

le site « Magreb Intelligence », connu pour son affiliation au renseignement tentant, a rapporté que c’est ce que la partie algérienne a informé les médiateurs saoudiens de la possibilité de reprendre les relations avec Rabat.

Ce n’est pas la première fois que ce site transmet des informations similaires, dont la plupart sont trompeuses d’une manière qui soulève des questions sur la raison de l’empressement des autorités marocaines. Chercher une médiation avec l’Algérie et promouvoir des histoires fictives sur la crise.

Une source algérienne a déclaré à propos de cette information que « ce qui est mentionné dans l’article n’est rien d’autre qu’un tissu de mensonges et de provocations qui suscitent la pitié ».

Il a expliqué que « ce site est géré par les services de renseignement marocains et on sait qu’il est spécialisé dans les manœuvres et manipulations malveillantes dirigées contre l’Algérie ».

On sait que l’Algérie avait auparavant refusé de s’entretenir publiquement avec le Royaume du Maroc. Du fait que la rupture des relations est venue en dernier recours aux interminables campagnes et conspirations contre elle depuis Rabat depuis l’indépendance en 1962.

Le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra avait précédemment confirmé que l’Algérie était contrainte de franchir cette étape. Après avoir atteint la conviction que le régime marocain n’écoutera pas la voix de la raison et ne changera pas sa nature en complot et en rupture de promesses, il en est arrivé à ouvrir ses chaires à un ministre sioniste pour attaquer l’Algérie.

Article précédentLe Maroc échoue à faire adopter une fausse carte du Sahara occidental
Article suivantL’Espagne commence à fournir du gaz au Maroc via le gazoduc fermé par l’Algérie

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici