La crise du rallye « Africa Eco Race » et le Sahara Occidental: Le Polisario met en garde

0
rallye Africa Eco Race
Advertisement

Maroc: Dimanche, le Front Polisario a averti les organisateurs du rallye « Africa Eco Race » que l’ensemble des terres du Sahara Occidental  était une « zone de guerre ».

Les organisateurs du rallye ont annoncé que l’édition 2022, prévue du 15 au 30 octobre, traversera la région contestée du Sahara occidental, notant les conséquences d’y faire passer cette course.

La République sahraouie « a exhorté les organisateurs de la course… à ne pas violer la légitimité internationale en traversant le territoire national sahraoui », selon un communiqué diffusé par l’agence de presse sahraouie.

Le Sahara occidental est une ancienne colonie espagnole que les Nations Unies considèrent comme une « région non autonome » et est un point de discorde entre le Maroc et le Front Polisario soutenu par l’Algérie depuis des décennies.

Rabat, qui contrôle près de 80 % de cette région, propose un plan d’autonomie sous sa souveraineté, tandis que le Front Polisario appelle à un référendum d’autodétermination sous l’égide des Nations unies.

Dans un communiqué publié par l’Agence de presse sahraouie, le Polisario a affirmé que « la RASD se réserve le droit d’utiliser tous les moyens légitimes et de répondre avec fermeté à toute action visant à compromettre sa souveraineté et son intégrité territoriale ».

Mi-novembre 2020, un accord de cessez-le-feu a été signé entre le Royaume du Maroc et le Polisario, après le déploiement des forces marocaines dans l’extrême sud du territoire contesté pour expulser les séparatistes qui avaient bloqué la route illégale, comme on dit, vers la Mauritanie .

Depuis lors, le Polisario s’est dit « en état de guerre pour l’autodéfense » et a déclaré que « l’ensemble du territoire de la RASD est une zone de guerre, y compris son espace terrestre, maritime et aérien ». Le rallye empruntera le même parcours.

Dans son communiqué, le Polisario a déclaré: « La République sahraouie tient l’Etat marocain occupant pleinement responsable des conséquences pouvant résulter de ses provocations continues, qui compromettent gravement non seulement les perspectives de lancement du processus de paix des Nations Unies déjà bloqué, mais aussi la paix et la sécurité dans toute la région.

Cela survient une semaine après la visite de l’envoyé de l’ONU pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, qui a rencontré le chef du Front Polisario, Ibrahim Ghali, à Tindouf, en Algérie, dans le cadre de sa deuxième tournée dans la région.

Article précédentAlgérie : Une semaine après le changement de chef du renseignement extérieur, la nomination d’un nouveau directeur de la sécurité de l’armée – (vidéo)
Article suivantEN: Mahrez refuse l’invitation de Djamal Belmadi