La Filière de l’Huile d’Olive en Algérie : Défis et Perspectives dans un Monde en Mutation

0
La Filière de l'Huile d'Olive en Algérie : Défis et Perspectives dans un Monde en Mutation

Dans les collines du nord de l’Algérie, les oliveraies s’étendent à perte de vue, témoignant de l’importance de la culture de l’olivier dans cette région. Cependant, les récentes pluies sont arrivées trop tard pour avoir un impact significatif sur la production d’huile d’olive cette saison. Les experts s’accordent à dire que la récolte sera limitée en volume, en raison de la sécheresse qui a prévalu au cours de l’année. Dans cet article, nous plongeons dans l’univers de l’oléiculture en Algérie, explorant les défis auxquels fait face cette filière essentielle, ainsi que les atouts sur lesquels elle peut compter pour assurer son développement.

Des Pluies Tardives et un Calibre Réduit

Les récentes pluies qui se sont abattues sur le nord de l’Algérie sont venues trop tard pour la filière oléicole. La période de gonflement du fruit étant déjà dépassée, ces précipitations n’auront que peu d’impact sur la production d’huile d’olive cette saison. Olivier Rives, chef du projet PASA-Pôle Soummam (Programme d’appui au secteur agricole), explique que bien que la récolte soit en cours, le calibre des olives est très petit en raison des fortes sécheresses. Ce facteur aura un impact sur le volume produit et sur le taux de trituration.

Le Programme d’appui au secteur agricole (PASA) est un projet dédié à huit wilayas oléicoles, lancé par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural (MADR) avec le soutien de l’Union européenne. Ce programme vise à renforcer la chaîne de production oléicole en Algérie, en mettant en place des pratiques modernes et durables.

Un Secteur en Mutation

L’oléiculture en Algérie est en phase de mutations importantes, en réponse aux défis posés par les changements climatiques. Dans ce nouveau contexte mondial, l’Algérie cherche à s’adapter et à moderniser sa filière oléicole. Alors que des pays comme l’Espagne ont vu leur production d’huile d’olive décliner en raison de conditions climatiques défavorables, l’Algérie possède certains atouts pour faire face à ces défis.

Les Atouts de l’Algérie

Selon Olivier Rives, l’Algérie dispose de plusieurs atouts pour renforcer sa filière oléicole. Tout d’abord, les vastes étendues d’oliviers sauvages sont parfaitement adaptées aux conditions pédoclimatiques difficiles des zones de piémont et de montagne. Ces oliviers sauvages sont d’excellents porte-greffes pour greffer des variétés de qualité, ce qui peut améliorer la productivité.

De plus, le verger oléicole algérien, avec moins de 200 arbres par hectare, associé à un système d’apport simulé en eau, permet de maintenir une production moyenne. L’Algérie dispose également d’un grand patrimoine génétique avec 35 variétés locales inscrites au catalogue (20 sont en cours d’inscription). Ces variétés sont réputées pour leurs qualités nutritionnelles et organoleptiques.

Les Défis à Relever

Cependant, pour exploiter pleinement ces atouts, l’Algérie doit relever plusieurs défis. La restructuration du verger oléicole est essentielle, tout comme le greffage des oliviers sauvages pour améliorer la qualité des fruits. Il est nécessaire de généraliser la mécanisation de la récolte pour accroître l’efficacité. De plus, la mutation des moulins doit être accélérée afin de produire davantage d’huile vierge et extra-vierge de haute qualité.

Dans cette optique, une politique de soutien à la transformation des moulins sera mise en place, avec l’octroi de prêts bonifiés pour encourager les pratiques modernes de trituration. L’Algérie cherche également à conquérir de nouveaux marchés et à valoriser les coproduits de l’olivier pour tirer profit de l’ensemble de la chaîne de production.

L’oléiculture en Algérie est à un tournant de son histoire, confrontée à des défis mais aussi à des opportunités. Alors que le monde entier célèbre la Journée mondiale de l’Olivier, l’Algérie se penche sur les moyens de renforcer sa résilience face aux turbulences qui ont touché la production mondiale d’huile d’olive.

La filière oléicole algérienne possède des atouts indéniables, mais elle doit s’engager dans un processus de modernisation et de restructuration pour les exploiter pleinement. En mettant l’accent sur la qualité, la durabilité et l’innovation, l’Algérie peut continuer à jouer un rôle important sur la scène mondiale de l’huile d’olive, tout en préservant son patrimoine culturel et naturel unique.

Article précédentAdolescence, Jeunes Adultes et Toxicomanie : Réalités et Enjeux
Article suivantRDC : La Fin d’une Mission Cruciale en Afrique de l’Est