herine Abu Akleh

L’opinion publique internationale a fermement condamné le martyre de la journaliste d’Al-Jazeera Shireen Abu Akleh avec des balles israéliennes .

À cet égard, la Ligue des États arabes, par l’intermédiaire de son Secrétaire général, Ahmed Abul Ghaith, a condamné dans les termes les plus fermes le meurtre du journaliste martyr.

Abul-Fadl a souligné que ce qui s’était passé était un crime odieux contre la presse et la liberté des médias.

Le même responsable a souligné que ce crime ne devrait pas passer inaperçu et nécessite une enquête approfondie.

Abu Al-Fadl a également exprimé ses condoléances à la famille du défunt, la famille de la presse palestinienne et arabe, la chaîne Al-Jazeera et le peuple palestinien, exprimant ses vœux de prompt rétablissement au journaliste Ali Al-Samoudi, qui a été blessé avec le défunt.

De l’avis de l’orateur, ce crime n’est pas nouveau pour l’occupation, qui a tendance à ne pas tenir compte des normes des droits de l’homme et cherche à faire taire la voix palestinienne.

La même source a tenu le gouvernement d’occupation israélien pour responsable du crime tragique, appelant à la nécessité de punir les auteurs.

Al-Jazeera a annoncé le martyre de la journaliste Sherine Abu Aqleh, ce matin, mercredi, après que les soldats de l’occupation israélienne aient tiré à balles réelles alors qu’elle couvrait la prise de Jénine par les soldats en Cisjordanie occupée.

La chaîne qatarie a déclaré dans un communiqué que ce crime tragique violait les lois et normes internationales, après que les forces d’occupation aient tué Abou Aqila de sang-froid.

La même autorité a condamné le crime odieux qui, selon elle, visait à empêcher les médias de diffuser leur message.

Al-Jazeera a appelé l’opinion publique internationale à condamner l’occupation israélienne et à la tenir pour responsable du ciblage et du meurtre délibérés de la journaliste Shireen Abu Akleh.

Article précédentLe chef du renseignement espagnol limogé suite au scandale Pegasus
Article suivantMaroc: Quiconque ne s’engage pas dans notre proposition de résoudre le problème du Sahara occidental veut prolonger la crise