La Russie teste le missile Sarmat, le missile balistique intercontinental « Satan »

0
RS-28 Sarmat
Advertisement

La Russie a testé le missile nucléaire le plus gros et le plus lourd du monde , le RS-28 Sarmat ICBM, pesant 458 000 livres, l’équivalent de 11 chasseurs F-22A Raptor.

Le missile Tasarmat peut transporter jusqu’à dix ogives nucléaires et a la capacité de frapper n’importe où sur la surface de la Terre.

Le commandant adjoint des forces de missiles stratégiques russes , Sergey Boroskon, a déclaré que le nouveau missile balistique intercontinental russe Sarmat restera en service pendant les 50 prochaines années.

Boroscon a ajouté que la longue durée de vie spécifiée du missile « Sarmat » est due à ses caractéristiques et à sa grande fiabilité.

Dans le même ordre d’idées, le commandant des Forces de missiles stratégiques russes, Sergey Karakaev, a déclaré que dans les décennies à venir, il sera difficile de créer des moyens de défense aérienne pour intercepter le missile.

Auparavant, le ministère russe de la Défense avait annoncé le lancement réussi du missile balistique intercontinental Sarmat.

Le ministère a confirmé qu’après l’achèvement du programme d’essais, le missile entrera en service dans les forces de missiles stratégiques.

Le missile RS-28 doit remplacer le missile stratégique le plus lourd du monde, le Vojvoda (selon la classification OTAN « Satana », RS-20V).Les travaux de développement du projet Sarmat ont débuté en 2011. La première étape de ses essais de lancement a été achevée. au cosmodrome « ​​Plesetsk » dans le nord de la Russie.

Le nouveau missile est capable d’attaquer des cibles à travers le pôle Nord et à travers le pôle Sud, en contournant les systèmes de bouclier antimissile.

Le missile Sarmat a une portée de 18 000 km, une masse au décollage de 208,1 tonnes, une longueur de 35,5 mètres et un diamètre de trois mètres.

Article précédentUn festival gay aux îles Canaries provoque une propagation massive du virus monkeypox
Article suivantLe ministre tunisien de l’Energie répond au refus de l’Algérie de fournir du gaz à la Tunisie