L’Algérie au Conseil de Sécurité de l’ONU : Une Voix qui Dérange et Fait Trembler les Équilibres Mondiaux

0
L'Algérie au Conseil de Sécurité de l'ONU : Une Voix qui Dérange et Fait Trembler les Équilibres Mondiaux

L’Algérie a débuté son mandat de deux ans au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies le 2 janvier dernier, une opportunité qui place le pays au cœur des grandes décisions internationales. Cette nouvelle responsabilité a suscité des attentes considérables, mais elle s’accompagne également de défis et de dilemmes complexes.

Une Voix qui Porte

Selon l’éminent diplomate et homme politique Abdelaziz Rahabi, l’Algérie maintiendra une position conforme à sa doctrine de politique étrangère bien établie. M. Rahabi souligne que l’Algérie a toujours été un fervent défenseur des mouvements de libération, et qu’elle a œuvré en faveur d’un rééquilibrage des relations internationales et d’un nouvel ordre économique mondial.

Bien que les membres élus du Conseil de sécurité ne disposent pas du droit de veto, ils ont la possibilité de proposer des résolutions et d’influencer l’ordre du jour. Ils peuvent également présider le Conseil de sécurité, offrant ainsi une tribune influente. Abdelaziz Rahabi souligne que les membres permanents écoutent attentivement les membres non-permanents du Conseil de sécurité.

L’Injustice dans la Composition

Cependant, M. Rahabi plaide en faveur de la réforme du Conseil de sécurité, arguant qu’il ne reflète plus la réalité actuelle du monde. La composition du Conseil, telle qu’elle était en 1945 à la création des Nations Unies, ne prend pas en compte des acteurs majeurs comme l’Inde, l’Afrique, l’Allemagne et le Japon.

Cette injustice est particulièrement évidente en ce qui concerne l’Afrique. En 1945, la majorité des États africains étaient sous domination coloniale, et pourtant, le Conseil de sécurité prend des décisions qui affectent la sécurité mondiale sans la représentation adéquate de ces pays.

L’Impact de la Question Palestinienne

La question palestinienne est un exemple frappant de la manière dont les relations internationales sont souvent façonnées par la puissance plutôt que par des considérations morales. Les États-Unis bloquent systématiquement les résolutions en faveur de la Palestine au Conseil de sécurité, tandis qu’Israël jouit d’une impunité totale.

Pour l’Algérie, les États-Unis ont simplement demandé un changement de position sur la question palestinienne. Abdelaziz Rahabi souligne que les relations des États-Unis avec d’autres pays sont souvent évaluées en fonction de leur attitude envers Israël, une réalité complexe dans les relations internationales.

Cependant, il y a un changement en cours, qualifié de « virage » par M. Rahabi. Les opinions publiques occidentales, en particulier aux États-Unis, montrent un désaccord croissant avec la politique étrangère américaine en ce qui concerne la question palestinienne. Cette dissension rappelle les mouvements de protestation qui ont secoué les États-Unis pendant la guerre du Vietnam dans les années 1970.

Les Tensions avec le Mali

En ce qui concerne les tensions récentes avec le Mali, Abdelaziz Rahabi se montre surpris par la rhétorique des autorités maliennes. Il rappelle que l’Algérie a toujours maintenu une relation amicale avec le Mali et n’a jamais connu de crise diplomatique avec ce pays depuis son indépendance.

L’accord d’Alger de 2015 a joué un rôle clé dans la stabilité du Mali pendant huit ans, et l’Algérie n’est pas responsable des problèmes internes entre les mouvements du nord et le gouvernement central malien.

M. Rahabi souligne que le gouvernement de transition malien doit comprendre que la sécurité du Mali est étroitement liée à celle de l’Algérie. La coopération et la compréhension mutuelle sont essentielles pour résoudre les problèmes régionaux.

L’Algérie entame son mandat au Conseil de sécurité de l’ONU avec une perspective réaliste sur les défis qui l’attendent. La question palestinienne, les réformes du Conseil de sécurité et les tensions régionales font partie des préoccupations majeures.

L’Algérie jouera un rôle important dans les délibérations du Conseil de sécurité et contribuera à façonner les politiques internationales. Cependant, la diplomatie exige une compréhension profonde des enjeux complexes et un engagement à long terme en faveur de la paix et de la justice dans le monde.

Article précédentLoi de Finances 2024 en Algérie : Entre Ambitions et Défis
Article suivantTebboune Face aux Algériens de France : Le Scandale de la Fausse Déclaration