Le chanteur marocain Saad Lamjarred condamné à 6 ans de prison pour viol en France

0
Le chanteur marocain Saad Lamjarred

Le chanteur marocain Saad Lamjarred a été condamné à une peine de six ans de prison pour avoir violé une jeune femme en France en 2016. Le verdict est tombé vendredi dernier dans une salle d’audience bondée à Paris.

Lamjarred, âgé de 37 ans, avait été accusé d’avoir battu et violé Laura B., une jeune femme qu’il avait rencontrée dans une boîte de nuit. Elle avait accepté de l’accompagner dans sa chambre d’hôtel, mais Lamjarred avait tenté de l’approcher de manière inappropriée. Elle avait essayé de s’échapper, mais il l’avait attrapée et agressée sexuellement, avant de la battre et de la violer.

La plaignante a assisté au procès et a pleuré à la vue du chanteur. Lamjarred, quant à lui, est resté assis au premier rang de la salle d’audience, vêtu d’un uniforme noir et d’une chemise blanche. Il avait une traductrice à ses côtés.

Le chanteur a nié les accusations portées contre lui, mais les preuves ont été accablantes. Le personnel de l’hôtel avait signalé qu’une jeune femme portant une chemise déchirée était venue vers eux « en pleurant et se sentant terrifiée » et qu’ils avaient arrêté un homme ivre qui la poursuivait.

Lamjarred avait déjà été emprisonné en 2017 et contraint de porter un bracelet électronique pour surveiller ses mouvements. En 2018, il avait été emprisonné à nouveau après avoir été accusé d’avoir violé une autre jeune femme dans la ville française de Saint-Tropez.

La condamnation de Lamjarred envoie un message clair aux agresseurs sexuels, en France et dans le monde entier : les actes de violence sexuelle ne seront pas tolérés, même si l’accusé est une personnalité publique. Le procès de Lamjarred se poursuivra jusqu’à vendredi, mais la décision du tribunal de Paris est déjà une victoire pour la justice et pour les victimes d’agression sexuelle.

Article précédentLa Russie se prépare pour la visite d’Etat du président Tebboune à Moscou
Article suivantUne Université américain salue la nouvelle réalisation du professeur Melikechi