L’enquête du Département de renseignement et de Sécurité (DRS) dans le dossier de Sonatrach s’étend à la filiale algérienne de l’Italien Saipem.

«Dans le cadre d’une commission rogatoire demandée par la justice italienne, le siège de Saipem a été perquisitionné par des enquêteurs algériens du Département du renseignement et de la sécurité  (DRS), lundi 25 mars à Alger», rapporte mardi 26 mars le site internet du magazine panafricain Jeune Afrique. Cette source ne manque pas de préciser que l’enquête en question est diligentée en « exécution d’une commission rogatoire par la justice italienne ». Les enquêteurs du DRS auraient saisi des micro-ordinateurs dans les bureaux de la filiale de la compagnie pétrolière italienne en Algérie, situés à Hydra, sur les hauteurs d’Alger.

Pour sa part, le site Internet d’informations économiques, l’Econews, a indiqué  pour sa part, que le domicile algérois, un appartement situé à la résidence Châabani à Hydra, de Chakib Khellil a été «visité» dimanche dernier par les enquêteurs du DRS. Cette source a indiqué que les enquêteurs ont saisi des documents dans le domicile de l’ancien ministre de l’Energie. Pour rappel, l’enquête sur des affaires de corruption et des pots-de-vin concernant des contrats passés entre Sonatrach et la compagnie pétrolière italienne Saipem, et sa  filiale ENI, a commencé depuis quelques semaines en Algérie et en Italie.

Article précédentContrôle des armes chimiques en Syrie : de quel arsenal parle-t-on ?
Article suivantEntretien avec Baya Benyahia, présidente de la FEDA