Le Maroc échoue à diaboliser les relations algéro-iraniennes pour justifier sa normalisation avec Israël

    0
    peuple marocain

    La normalisation des relations avec Israël s’est avérée être une disgrâce majeure pour le régime marocain du makhzen. Elle a contribué à nuire à sa réputation à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

    Les théoriciens du régime cherchent depuis longtemps une autre accusation à jeter sur l’Algérie, espérant ainsi trouver une nouvelle « disgrâce » pour ce pays. Ils n’ont trouvé qu’une accusation fragile, qui est l’existence de relations diplomatiques entre l’Algérie et l’Iran. Les hommes politiques du régime marocain ont tenté d’utiliser cette relation comme un épouvantail pour justifier la normalisation avec Israël.

    Cependant, cela n’a pas fonctionné. Le peuple marocain n’a pas trouvé de lien convaincant entre la normalisation avec Israël et l’existence de relations diplomatiques entre l’Algérie et Téhéran. De plus, même les élites scientifiques politisées proches du régime des entrepôts, comme l’ancien ministre et actuel parlementaire Hasan Haddad, n’ont pas été convaincues par cette stratégie.

    Hasan Haddad a tweeté qu’il accusait l’Algérie de « faciliter l’influence de l’Iran pour déstabiliser l’Afrique du Nord ». Quiconque suit l’activité de cet homme politique connu pour ses liens avec le régime du Makhzen sur les réseaux sociaux, prend position sur une stratégie qu’il travaille à mettre en œuvre, qui est une tentative de noircir l’image de l’Algérie auprès de l’opinion publique internationale par tous moyens.

    Les relations entre le Maroc et l’Iran ont été rompues à plusieurs reprises depuis la fin des années 70. Les relations algéro-iraniennes, quant à elles, étaient généralement amicales, mais ont été interrompues en 1993 en raison du soupçon d’ingérence iranienne dans les affaires intérieures de l’Algérie. Depuis lors, les relations entre les deux pays ont été renouées.

    Le régime du Makhzen s’efforce de justifier la rupture des relations diplomatiques avec l’Iran en l’accusant de répandre le chiisme au Maroc ou d’armer le front de l’armée de la République arabe sahraouie. Cependant, ces accusations ne convainquent ni les alliés du régime marocain des entrepôts en Occident, ni le peuple marocain.

    L’échec du régime marocain à commercialiser les justifications de la diabolisation des relations avec l’Iran pour justifier la normalisation est attesté par le fait que le peuple marocain n’a pas été convaincu de contrarier l’Iran et a plutôt initié la construction de ponts avec Israël, malgré plus de deux ans de relations avec Tel-Aviv. La tentative du régime marocain de noircir l’image de l’Algérie auprès de l’opinion publique internationale a également échoué. 

    Article précédentLe Comité saoudien de l’Ifta émet une fatwa interdisant la construction de la « Maison Ibrahimi » aux Émirats arabes unis
    Article suivantLe président Tebboune rencontre le secrétaire du Conseil de sécurité russe pour renforcer les liens bilatéraux