tourisme en Algérie

Le journal américain « Washington Post  » a souligné, dans un article, le potentiel du tourisme en Algérie.

L’auteur de l’article, Henry Wiesmeyer, a passé en revue les atouts de l’Algérie, la décrivant comme un « pays immense » en termes de superficie, riche d’un patrimoine historique et naturel unique « que l’industrie du tourisme et du voyage doit prendre en considération ».

Henry Wismeyer a découvert le potentiel touristique de l’Algérie lors d’une visite qui l’a conduit dans plusieurs villes côtières, avec lesquelles il a effectué un voyage au départ de la capitale.

L’écrivain a décrit son guide touristique, Omar Zahafi, comme « le propriétaire de la connaissance des caractéristiques touristiques uniques de l’Algérie ».

Weismeyer a souligné que la réputation touristique de l’Algérie à l’ étranger reste loin de la richesse de ses attraits naturels et historiques.

L’écrivain a assimilé les rues de la Kasbah à un « labyrinthe », soulignant qu’elle était classée par l’UNESCO au patrimoine mondial.

Il a déclaré que l’Algérie commémorera en juillet prochain le soixantième anniversaire de son indépendance de la domination coloniale qui a marqué une période laide de son histoire, dont les blessures sont toujours présentes et se font sentir dans toute la ville.

L’écrivain a poursuivi sa description de la beauté et de l’histoire de l’Algérie en disant : « Si la capitale a un noyau, c’est la statue du chef de la résistance contre l’invasion française, l’émir Abdelkader, qui est toujours érigée au cœur d’Alger. . »

Il a commenté l’une des peintures murales portant l’image de Riyad Mahrez aux côtés des héros de la révolution de libération, en disant : « Les fantômes du passé sont toujours présents ».

Le journaliste du Washington Post a qualifié le secteur du tourisme en Algérie de « géant endormi », louant le potentiel touristique de Constantine, l’une des villes algériennes qu’il n’a pas exclue de sa visite.

« Pour apprécier la splendeur des villes algériennes, il n’est pas nécessaire de remonter loin dans l’histoire », déclare Wiesmeyer, après avoir parcouru les ruelles de la ville et humé les arômes d’épices émanant des moulins.

Le célèbre écrivain a déclaré en conclusion de son article que sa visite en Algérie lui avait donné le sentiment que « l’industrie du tourisme devrait prendre en compte » la richesse que l’Algérie possède dans ce domaine.

Article précédentL’Algérie négocie avec l’Italie sur les industries de défense
Article suivantmétéo Algérie: Avertissement de fortes pluies pour 10 Wilayas