L’Effritement de la Force Antiterroriste G5 Sahel : Burkina Faso et Niger Rejoignent la Liste des Départs

0
L'Effritement de la Force Antiterroriste G5 Sahel : Burkina Faso et Niger Rejoignent la Liste des Départs

Dans le vaste paysage désertique du Sahel, où les frontières sont poreuses et les défis nombreux, une alliance cruciale a récemment vacillé. Le Burkina Faso et le Niger ont annoncé leur départ de l’organisation antijihadiste G5 Sahel, neuf ans seulement après sa création. Cette décision, qui fait suite au départ du Mali l’année précédente, semble précipiter la disparition imminente de cette alliance destinée à lutter contre le terrorisme au Sahel.

Les Origines de la G5 Sahel

En 2014, face à la montée en puissance des groupes djihadistes dans la région du Sahel, le Mali, le Burkina Faso, le Niger, la Mauritanie et le Tchad ont uni leurs forces pour créer l’organisation G5 Sahel. L’objectif était de coopérer dans la lutte contre le terrorisme et de renforcer la sécurité dans cette zone instable. Cependant, au fil des ans, la réalité sur le terrain a montré que la tâche était bien plus difficile que prévu.

L’Effritement de l’Alliance

Le 29 novembre, le Burkina Faso et le Niger ont conjointement annoncé leur retrait de la G5 Sahel, y compris de sa Force conjointe, mettant ainsi fin à leur participation à cette organisation. Cette décision est intervenue après que les deux pays ont estimé que la G5 Sahel peinait à atteindre ses objectifs initiaux.

Dans un communiqué conjoint, Niamey et Ouagadougou ont exprimé leur frustration quant aux « lourdeurs institutionnelles » et aux obstacles qui ont empêché la G5 Sahel de devenir une zone de sécurité et de développement, comme initialement envisagé. Ils ont souligné que leur retrait était un acte de souveraineté, affirmant qu’ils ne pouvaient pas accepter que cette organisation serve les intérêts étrangers aux dépens de ceux des peuples du Sahel.

En mai 2022, le Mali avait déjà quitté la G5 Sahel, dénonçant son instrumentalisation par des forces extérieures. Aujourd’hui, seuls le Tchad et la Mauritanie demeurent membres de cette organisation qui semble s’effondrer. La G5 Sahel, largement financée par l’Union européenne, représentait un espoir pour la stabilisation d’une région en proie à la violence terroriste, mais la réalité a été bien différente.

Les Défis du Sahel Persistants

La situation sécuritaire au Sahel ne cesse de se détériorer, malgré les efforts déployés par la G5 Sahel. En novembre, une attaque jihadiste massive contre une base militaire à Djibo, dans le nord du Burkina Faso, a coûté la vie à au moins 40 civils, selon les Nations Unies. Les pays sahéliens les plus touchés par les violences terroristes, le Mali, le Niger et le Burkina Faso, ont récemment cherché à renforcer leur coopération.

Les relations tendues avec la France, qui a une présence militaire significative dans la région, ont poussé ces pays à s’unir. Les ministres des Affaires étrangères du Mali, du Niger et du Burkina Faso ont même proposé la création d’une confédération, avec l’ambition ultime de devenir une fédération. Ils ont mis l’accent sur la diplomatie, la défense et le développement pour consolider l’intégration politique et économique entre leurs nations.

Les Défis Politiques

Toutefois, la stabilité politique est loin d’être garantie dans la région. Le Burkina Faso a été secoué par deux coups d’État militaires en 2022, tandis que le Niger est dirigé par des généraux qui ont pris le pouvoir par la force en juillet 2023. À Ouagadougou, plusieurs centaines de personnes ont manifesté en soutien au régime de transition dirigé par le capitaine Ibrahim Traoré, scandant des slogans hostiles à l’impérialisme.

La région du Sahel reste un défi complexe pour la communauté internationale. La disparition progressive de la G5 Sahel soulève des questions sur la manière de relever ces défis de sécurité complexes et comment apporter une stabilité à une région en proie à la violence et à l’instabilité politique. Le Sahel, avec ses vastes étendues désertiques et ses communautés vulnérables, nécessite une approche globale et des efforts continus pour lutter contre l’extrémisme violent et promouvoir le développement économique.

Alors que la G5 Sahel semble s’effondrer, il est temps pour la communauté internationale de réfléchir à de nouvelles stratégies pour faire face aux défis persistants du Sahel. La paix et la stabilité dans cette région sont essentielles pour le bien-être de ses habitants et la sécurité du monde

Article précédentAlgérie : Prières pour la Paix au Proche-Orient – Une Lueur d’Espoir à Alger
Article suivantL’Hôtellerie Algérienne Rayonne avec l’Arrivée du Mercure Alger, Palais des Congrès