L’Europe adopte une nouvelle stratégie pour lutter contre la migration clandestine

0
L'Europe adopte une nouvelle stratégie pour lutter contre la migration clandestine

La question de la migration clandestine en Europe est au cœur de l’actualité, mais une récente évolution dans l’approche de l’Union européenne pourrait bien changer la donne. Des pays européens ont récemment invité les pays du sud de la Méditerranée à établir des partenariats pour lutter contre ce phénomène. Cette invitation, selon de nombreux experts, reflète un changement majeur dans la manière dont l’Europe aborde la migration clandestine.

L’approche traditionnelle et ses limites

Pendant de nombreuses années, l’Europe a adopté une approche essentiellement sécuritaire pour faire face à la migration clandestine. Les politiques se concentraient souvent sur le renforcement des frontières et la répression des migrants. Cependant, cette approche n’a pas réussi à résoudre le problème de manière durable.

Selon Abdelkader Soufi, un commentateur politique, cette approche négligeait les causes profondes de la migration clandestine. Les migrants fuyaient souvent des conditions difficiles dans leur pays d’origine, notamment des problèmes de développement, le manque d’infrastructures, des crises environnementales, et des conflits ethniques alimentés parfois par le pillage des ressources africaines par des multinationales. Cette situation a contribué à la montée du terrorisme, de la criminalité organisée et de la migration.

Un changement d’orientation

L’invitation récente des pays européens à établir des partenariats pour lutter contre la migration clandestine reflète une nouvelle approche, fortement inspirée de la politique algérienne. L’Algérie a longtemps plaidé pour une solution plus complète, en s’attaquant aux causes profondes de la migration.

L’approche algérienne repose sur l’idée que pour endiguer la migration clandestine, il faut créer des conditions de vie dignes dans les pays d’origine des migrants. L’Algérie a ainsi alloué près d’un milliard de dollars en aide financière aux pays africains et a établi des partenariats pour développer les infrastructures. Cette approche vise à lever l’isolement de ces pays en favorisant le développement économique, social et environnemental.

Vers des partenariats globaux

Une déclaration commune émise à la fin du sommet des dirigeants méditerranéens de l’Union européenne, regroupés sous le nom de « Med9 », insiste sur la nécessité de traiter la question de la migration clandestine dès sa source. Cela signifie la création de partenariats forts et globaux avec tous les acteurs en Méditerranée pour aborder les causes profondes de la migration.

Djilali Chaqroun, analyste politique, estime que cette nouvelle invitation s’aligne parfaitement avec l’approche algérienne. Elle offre également aux migrants souhaitant retourner volontairement dans leurs pays d’origine la possibilité de créer des projets qui contribueront au développement de ces nations.

En résumé, l’Europe semble enfin prête à adopter une approche plus complète et axée sur le développement pour lutter contre la migration clandestine. Cette évolution pourrait avoir un impact significatif sur la façon dont l’Union européenne gère ce défi majeur, tout en offrant de nouvelles perspectives pour les pays du sud de la Méditerranée.

Article précédentL’attribution des éditions 2025 et 2027 de la Coupe d’Afrique des Nations : Une décision controversée de la CAF
Article suivantErdoğan annonce la fin des attentes de la Turquie envers l’Union européenne