Après plusieurs jours de délibérations, Slimane Bouhafs a été condamné, ce mardi matin par la Cours de Sétif, à 3 ans de prison ferme, a-t-on appris de sources locales. L’homme, cinquantenaire, est poursuivi pour « atteinte au Prophète » et prosélytisme non-musulman.

Reconverti au christianisme, Slimane Bouhafs a été condamné en première instance à 5 ans de prison ferme pour les mêmes motifs par le Tribunal de Beni-Ourtilène. Une condamnation qui a suscité des réactions d’indignation de la part des militants des Droits de l’Homme. La ligue algérienne pour la défense des Droits de l’Homme (LADDH) rappelle, dans un communiqué rendu public lundi que « la liberté de culte est garantie par Les conventions internationales relatives aux droits de l’homme ratifiées par notre pays et également reconnue par la Constitution». Plus loin, l’organisation de Noureddine Benissad demande la libération du détenu.

Dans un premier temps, Slimane Bouhafs est interpellé par la gendarmerie sans pouvoir engager un avocat. Sa famille s’est également plaint de l’impossibilité d’entrer en contact avec leur parent, affaibli par une grève de la faim.

E. Wakli

Originally posted 2016-09-06 12:24:58.

Article précédentCe que la Suisse peut nous apprendre selon un ancien ministre algérien
Article suivantMondial de tir (Double Trap): bonne prestation des athlètes algériens