Lutte contre la bureaucratie et la corruption: mise en place d’une numérique permettant de suivre le traitement des doléances

0
Advertisement

La mise en place d’une plateforme numérique reliée à tous les systèmes informatisés des différentes institutions étatiques permettant aux citoyens de suivre le traitement de leurs doléances concernant la lutte contre la bureaucratie et la corruption est en passe d’être achevée.

« Conformément aux orientations du président de la République, le gouvernement est en passe d’achever la mise en place d’une plateforme numérique des doléances des citoyens, reliée à tous les systèmes informatisés des différentes institutions étatiques, permettent aux citoyens de suivre le traitement de leurs doléances », a indiqué hier, le Premier ministre Aïmene Benabderrahmane, dans sa réponse aux interrogations des membres de l’Assemblée populaire nationale (APN) concernant la Déclaration de politique générale du gouvernement .

L’écoute et la prise en charge des préoccupations des citoyens sont « des priorités pour le gouvernement, car c’est la première étape vers le rétablissement de la confiance entre les citoyens et les institutions de l’État », et ce, à travers les différents canaux en place : par téléphone via les centres d’appel sectoriels (11-00) dans toutes les wilayas, les requêtes écrites parvenant aux services locaux et les programmes de réception des citoyens par tous les responsables, a-t-il dit.

Ajoutant que « plus de 216 000 requêtes ont été prises en charge du 1er janvier 2022 à ce jour ».

Le ministère de l’Intérieur, rappelle-t-il, avait lancé un service numérique baptisé « Nechki », mis à la disposition des citoyens leur permettant de soulever leurs préoccupations à distance, en consécration du principe de rapprochement de l’administration du citoyen dans le cadre de la stratégie de modernisation du secteur.

Depuis son lancement, la plateforme a enregistré « 15.640 doléances, dont plus de 65 % prises en charge, lesquelles concernaient le secteur du logement, le raccordement en divers réseaux, l’expropriation, les permis de construire, l’aménagement urbain, la propreté de l’environnement et l’emploi ».

Dans le cadre du renforcement des canaux de communication, et compte tenu de l’importance des médias et des réseaux sociaux dans l’expression des préoccupations du citoyen à travers toutes les wilayas, « les cellules de communication locales ont été instruites à l’effet d’assurer la veille informationnelle et écouter et prendre en charge les préoccupations soulevées en coordination avec les services compétents au niveau local », ajoute M. Benabderrahmane.

Toutes ces actions, poursuit-il, s’inscrivent dans le cadre des efforts du gouvernement visant à lutter contre la bureaucratie et la corruption, à travers plusieurs mesures, dont « la mise en place du cadre juridique qui simplifie et facilite les procédures administratives, en réduisant le nombre de pièces constituant le dossier et les délais de traitement, et en obligeant les administrations à dématérialiser les démarches administratives et les mettre au service du citoyen, via les plateformes et portails numériques dédiés à cet effet, dans le souci de garantir la transparence et d’améliorer la qualité du service public ».

Article précédentJustice: le pôle antiterroriste chargé des affaires de spéculation sur les prix
Article suivantDossier de l’automobile : Aïmene Benabderrahmane parle de « solutions radicales »