Mali : L’Alliance Controversée avec le Maroc, un Choix Risqué

0
Mali : L'Alliance Controversée avec le Maroc, un Choix Risqué

Au milieu des enjeux complexes et des conflits régionaux en Afrique, il est un événement récent qui a suscité beaucoup d’interrogations et de débats : l’alliance annoncée entre le Mali et le Maroc.

Cette alliance, qui implique également le Tchad, vise à renforcer la coopération en matière de sécurité et de développement économique dans la région du Sahel. Cependant, de nombreux observateurs s’interrogent sur la crédibilité et les implications d’une telle alliance, en particulier en ce qui concerne le rôle du Maroc dans la région et ses liens avec la France.

Il est indéniable que le Mali et d’autres pays du Sahel ont désespérément besoin de soutien pour faire face aux défis de sécurité qui les assaillent, notamment la menace terroriste. Cependant, le choix du partenaire malien s’est porté sur le Maroc, un pays qui ne partage pas de frontière avec les États du Sahel. Cette décision soulève des questions légitimes sur la pertinence d’un tel partenariat.

Le Sahara Occidental : Un Obstacle Majeur

L’un des obstacles majeurs à la crédibilité de cette alliance est la question du Sahara Occidental. Ce territoire est actuellement en cours de décolonisation et est reconnu comme tel par les Nations Unies. La Cour internationale de justice (CIJ) a également statué de manière formelle que le Sahara Occidental est un territoire distinct du Maroc. Cette décision préfigure tôt ou tard l’indépendance de ce pays, qui est actuellement en conflit avec l’occupant.

Dans ce contexte, il est difficile de voir comment le Maroc peut jouer un rôle crédible dans la région du Sahel, en particulier en ce qui concerne la sécurité, alors qu’il est lui-même impliqué dans un conflit territorial majeur. Les relations diplomatiques du Maroc sont compliquées par ses revendications sur le Sahara Occidental, ce qui limite sa capacité à agir en tant que médiateur neutre dans la région.

Les Liens Économiques et Politiques avec la France

Un autre facteur qui suscite des préoccupations est la relation étroite entre le Maroc et la France. Les accords de La Celle-Saint-Cloud de 1955, conclus un an après le début de la guerre d’Algérie, établissent des liens permanents d’interdépendance entre le Maroc et la France. Cette relation signifie que le Maroc est politiquement, diplomatiquement, économiquement et financièrement lié à la France.

Ces accords et traités internationaux sont contraignants et intouchables, garantissant la stabilité des relations internationales. Par conséquent, le Mali semble faire preuve d’amateurisme en annonçant unilatéralement son retrait des Accords d’Alger, qui ont été signés sous l’égide des Nations Unies et impliquent la communauté internationale.

Les autorités maliennes ont peut-être été mal conseillées en prenant cette décision, qui risque de mettre en péril la stabilité de la région. Les accords d’Alger visent à ramener une paix durable au Mali, et il est difficile de comprendre comment le Mali peut sortir de ces accords en prétendant qu’ils ont été signés « dans un moment de faiblesse ».

Un Choix Qui Interroge

La décision du Mali de s’allier au Maroc et au Tchad suscite de nombreuses questions. Il est surprenant de voir le Mali choisir un partenaire qui est lié à la France par des accords datant de 1955 et qui est impliqué dans un conflit territorial. De plus, le Maroc est fortement dépendant de financements internationaux et de l’aide étrangère.

Il est également inquiétant de voir le Mali s’aligner sur le Tchad, un pays qui a longtemps été considéré comme un agent régional de la Françafrique et qui compte des bases militaires étrangères importantes dans la région.

Cette alliance risque d’enfermer les pays du Sahel entre deux puissances proches de l’impérialisme occidental, ce qui pourrait nuire à leur indépendance et à leur sécurité. Le Mali aurait pu envisager des partenariats plus judicieux, notamment avec les autorités du Sahara Occidental pour un accès direct à l’Atlantique.

L’Importance de l’Autodétermination

Il est essentiel de rappeler que la question du Sahara Occidental est une question de droit international et d’autodétermination. Les Sahraouis ont le droit de décider de leur propre destin, et toute tentative de les priver de ce droit est inacceptable.

Le Mali, tout comme les autres pays de l’Union africaine, devrait soutenir la tenue d’un référendum d’autodétermination pour le Sahara Occidental, aboutissant à son indépendance totale. L’autodétermination est la seule solution acceptable, et il est odieux de parler de « solution mutuellement acceptable » lorsque l’une des parties est sous occupation.

En conclusion, le Mali doit réfléchir attentivement à ses choix en matière d’alliances internationales. L’alliance avec le Maroc soulève des questions légitimes sur la crédibilité et l’indépendance du Mali, ainsi que sur sa capacité à jouer un rôle positif dans la résolution des conflits régionaux. Il est temps de prendre en compte les véritables intérêts du peuple malien et de la région du Sahel dans son ensemble.

Article précédentAlgérie : La Success Story des Startups, un Modèle Inspirant pour l’Afrique
Article suivantSINA Paris 2023 : Le Salon de l’Immobilier Algérien qui Secoue Paris