Maroc: Mohammed VI est malade et la guerre fait rage à l’intérieur du palais

0
Roi Mohammed VI
Advertisement

Maroc: L’écrivain marocain Ali Lmrabet donne tous les détails sur la situation à l’intérieur du palais royal et sur l’état de santé de Mohammed VI, et confirme qu' »il est malade » et qu' »il y a une guerre acharnée dans les rouages ​​du palais royal ».

Mrabet, qui a été ciblé par le Makhzen avec des opérations d’espionnage dans cet entretien avec le journalist du journal Al-Chorouk, confirme que le meurtre de dizaines d’Africains à Melilla est un coup sévère à l’image du roi, qui a investi pour polir son image sur le continent.

L’absence remarquée du roi Mohammed VI pendant un temps, qui s’est contenté d’un bref discours le jour de la fête du Trône, puis est rentré en France : est-il connu et la raison de son absence ?

On sait qu’il était en France, où il a passé plusieurs semaines, et qu’il a fait un rapide aller-retour au Maroc. Pour célébrer le bienheureux Aïd al-Adha, alors, comme vous l’avez dit, il est apparu dans le discours de l’Aïd al-Adha, et c’est pour faire taire les rumeurs sur sa santé.

Des rumeurs sur la santé du roi parlaient de son entrée dans le coma et même de sa mort, qui ont été propagées par des personnalités marocaines vivant à l’étranger.
Il est certain que le roi est malade, et souffre de plusieurs maladies hormonales qui affectent plusieurs organes sensibles de son corps, mais il n’est ni mort ni dans le coma, mais il est très affaibli. Il y a quelques semaines, il a fait une crise chez lui à Paris.

Le ministère des Palais royaux, des Honneurs et des Décorations a annoncé l’annulation des cérémonies de la « Fête du Trône » sous prétexte des effets du virus Corona, et le discours qu’il a prononcé a été satisfait. Cette justification vous semble-t-elle logique et justifiée ?

Non, c’est illogique et injustifié, le virus Corona n’est plus aussi féroce qu’avant, la vie a repris son cours normal au Maroc, où les autorités ont par exemple autorisé la tenue de festivals à forte affluence.

l’autre raison, la cérémonie d’allégeance (la cérémonie d’allégeance) dans la cour du Mechouar au palais de Tétouan est longue, fatigante et publique, pendant laquelle le roi doit rester sur son cheval afin d’obtenir la loyauté de ses sujets, cependant , actuellement et en raison de son état de santé, il ne peut pas le faire, il peut chuter à cause de la fatigue dont il souffre.

Dans votre article, vous évoquez la relation entre Mohammed VI et les frères Zuaiter, comment décririez-vous cette relation ? Et est-il logique de construire cette relation entre le roi et les frères et sœurs, surtout avec l’aura que le roi lui-même entoure ?

Selon la presse internationale, les frères Zuaiter résident au palais royal de Rabat, mais les services secrets marocains, à travers la presse marocaine qu’ils contrôlent, mènent contre eux une violente campagne médiatique.

Les médias marocains, proches des services de renseignement, les critiquent périodiquement et les décrivent comme des « gangsters » et des « voleurs » qui ont été condamnés par la justice allemande, et ici je mets ces mots entre guillemets car ils ont été publiés dans la presse marocaine.

Les questions que je me pose et que tout le monde au Maroc se pose sont les suivantes : Que se passe-t-il au Palais Royal de Rabat ? Le roi connaît-il le passé criminel de ses amis ? Sait-il qu’ils agissent sans entraves en son nom ? Enfin, question principale : le roi se rend-il compte que les frères Zuaiter, qui résident dans son palais, centre névralgique du magasin, font l’objet d’une violente campagne de presse orchestrée par ses services de renseignement ?

Est-il possible de parler d’un état de chaos et d’un conflit de nerfs et d’intérêts au sein du palais royal ?

Oui, on peut dire que, d’après ce que l’on peut déduire des dépêches de la presse marocaine contrôlée par la police politique, une guerre totale a été déclarée par la cour royale et les membres de la famille royale contre les frères Zuaiter.
Abu Zuaiter est accusé de se comporter comme un hajib, et Hespress est allé jusqu’à menacer Abu Zuaiter de finir, comme cela est arrivé à Raspoutine, c’est-à-dire de mourir tué par les proches du roi.

On note également que le parquet n’a engagé aucune action en justice, et ceux qui ont agité les fils ont promis à la presse qui attaque les frères Zuaiter une totale impunité.

Qui est le vrai dirigeant maintenant au Maroc ?

Toujours le roi, mais comme il est préoccupé par sa maladie, il y a le vent Siba mais à l’intérieur du cellier et non à l’extérieur, car la guerre fait rage dans le palais royal.

Melilla a été témoin d’un terrible massacre qui a coûté la vie à un grand nombre d’immigrés africains. Quel effet ce qui s’est passé sur l’image du Royaume et de Mohammed VI en particulier ?

C’est un scandale majeur, et un coup sévère porté à l’image du Maroc et du roi Mohammed VI, qui a investi massivement son argent en Afrique ces dernières années.
Empêcher violemment les Africains de passer en Europe pour rendre service au Premier ministre espagnol Pedro Sanchez est cruel et inhumain.

Le Maroc n’a pas de métier pour devenir gendarme au service d’une Europe raciste et intolérante qui accueille les Ukrainiens à bras ouverts et salue le massacre à la frontière entre Nador et Melilla.

Il ne faut jamais oublier qu’immédiatement après le massacre, Sanchez a déclaré que les forces de sécurité marocaines avaient « résolu » le problème, que c’était le langage de l’extrême droite, pas le langage d’un dirigeant qui se prétend socialiste et progressiste.

Que signifie cette collusion entre l’Union européenne et Rabat ?

L’Espagne a besoin du Maroc pour contrôler sa frontière sud par laquelle passe l’immigration d’origine africaine, mais il s’agit d’un besoin raciste car selon des études menées par des organismes universitaires espagnols, sur les 10 immigrés qui ont traversé illégalement l’Espagne, seuls deux passent par le sud, et le reste, composé principalement d’immigrants latino-américains débarquant dans les aéroports espagnols sans aucune restriction.

Comment lisez-vous le modèle de colère populaire marocaine contre le gouvernement, et nous entendons la détérioration sociale et la colère contre la poursuite de la politique de normalisation avec l’entité sioniste ?

Où est la colère populaire ? Je ne vois pas de colère populaire, les Marocains sont drogués depuis longtemps.

Si vous voulez me parler de la colère contre le Premier ministre Aziz Akhannouch, ils se trompent.

Akhannouch n’est qu’une marionnette. Comme les précédents chefs de gouvernement, le vrai pouvoir au Maroc appartient à un petit groupe qui tourne autour du roi Mohammed VI.
Quant à la normalisation avec « Israël », je me demande comme vous, où sont passés ces millions de Marocains qui sont descendus dans la rue pour soutenir ce qu’ils disaient être leur première « cause sacrée » ? Ils sont en vacances.

Même l’Union socialiste des forces populaires, l’un de ses fondateurs, lorsque ce parti s’appelait l’Union populaire des forces populaires, Mahdi Ben Barka, a été kidnappé et assassiné avec l’aide du Mossad israélien, ne condamne pas cette normalisation.

L’Union européenne, qui est décrite comme un sponsor des droits de l’homme, a mis en place des systèmes pour pirater les téléphones des journalistes marocains et des militants des droits de l’homme, et vous faites partie de ceux qui sont impliqués dans l’espionnage, que s’est-il passé exactement ?

L’Union européenne n’a jamais été gardienne des droits de l’homme, c’est un mythe mais un mensonge.La Commission européenne et son annexe, le Parlement européen, ont longtemps soutenu le régime autoritaire au Maroc.

Fournir un système dont les prisons sont surpeuplées de prisonniers politiques, pratique la torture et ne respecte pas les droits de l’homme, et des systèmes utilisés pour espionner les journalistes et les militants des droits de l’homme, n’est pas seulement une honte mais un processus criminel.

si Bruxelles confirme que ce programme ne sert qu’à espionner les téléphones impliqués dans l’immigration clandestine, il faut se demander pourquoi il a été présenté « discrètement » au Maroc.

Nous lui rappelons que le programme d’espionnage israélien Pegasus était censé être conçu pour espionner des terroristes et des criminels dangereux, mais il a été utilisé par les services de renseignement marocains pour espionner des Marocains et des Algériens ainsi que des journalistes et des responsables dans trois pays européens : l’Espagne, la France et Belgique.

Vous faites partie des journalistes que le palais royal considère comme une nuisance, et auparavant vous avez été ciblé pour espionnage et êtes devenu un harceleur, pourriez-vous être victime d’une liquidation physique ?

Je ne peux pas aborder ce sujet pour des raisons évidentes, mais il y a des témoignages publiés dans la presse marocaine qui n’ont pas été démentis par les autorités marocaines.
Par exemple, un entretien avec un détenu qui travaillait auparavant dans l’appareil sécuritaire marocain et qui venait de sa cellule dans une prison marocaine, pas de l’étranger ! Des détails sur le processus de liquidation, ainsi que des noms tels que le nom du conseiller royal et ami personnel du roi Fouad Ali El Himma, et du général Hamidou Laaniri, qui a ensuite dirigé la direction générale de la surveillance territoriale – le renseignement intérieur -. Il a même expliqué comment il rencontrait des policiers français en France, vrai ou faux ?

Ce n’est pas à moi de répondre, mais aucun des noms mentionnés dans ces fuites, et ni le parquet ni les autorités marocaines n’ont ouvert d’enquête.

Article précédentLa France annonce que toutes ses forces qui combattaient les islamistes au Mali sont parties
Article suivantUn nouveau complot politico-diplomatique de l’Espagne et du Maroc contre le Sahara Occidental