Mohamed Saoudia : Nouveau Président de la CTRF pour la Lutte Anti-Blanchiment et Anti-Terrorisme

0
Mohamed Saoudia : Nouveau Président de la CTRF pour la Lutte Anti-Blanchiment et Anti-Terrorisme

Le ministre des Finances, Laaziz Faid, a présidé une cérémonie historique à Alger, marquant la passation de responsabilités à la Cellule de traitement du renseignement financier (CTRF). Mohamed Saoudia, le nouveau président de la CTRF, prend les rênes de cette institution clé dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme en Algérie. Un moment crucial qui réaffirme l’engagement du pays à combattre ces fléaux.

La lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme est une priorité nationale en Algérie, et la CTRF joue un rôle central dans cette bataille. La passation de pouvoirs entre Mohamed Saoudia et son prédécesseur, Sid-Ahmed Saidi, souligne l’importance de cette mission cruciale.

Un Hommage aux Prédécesseurs

La cérémonie de passation de responsabilités a été l’occasion pour le ministre des Finances, Laaziz Faid, d’exprimer sa gratitude envers Sid-Ahmed Saidi pour son travail exceptionnel à la tête de la CTRF. Les efforts déployés et les actions accomplies durant son mandat ont été salués par le ministre.

Sid-Ahmed Saidi a dirigé la CTRF avec détermination et a contribué à renforcer la position de l’Algérie dans la lutte internationale contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Son engagement a été reconnu et célébré lors de cette passation de pouvoirs.

La CTRF : Un Acteur Clé dans la Prévention

La Cellule de traitement du renseignement financier (CTRF) joue un rôle essentiel dans le système national de prévention contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme en Algérie. Elle est chargée de collecter et de traiter les déclarations de soupçon, mais sa mission ne s’arrête pas là.

Le ministre Laaziz Faid a souligné que la CTRF cherchait à élargir sa portée institutionnelle. Son objectif est de mieux appréhender les risques liés au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme, ainsi que de trouver les meilleures approches de prévention et de lutte.

Dans un monde en constante évolution, où les méthodes utilisées par les criminels financiers se diversifient, la CTRF doit rester à l’avant-garde de la lutte. Elle doit être capable de s’adapter rapidement pour faire face aux nouveaux défis.

Reconnaissance des Efforts de Tous

Le ministre des Finances a également souligné l’importance de reconnaître les efforts de toutes les parties impliquées dans cette démarche. Il a mis en lumière le rôle catalyseur joué par la CTRF et son impact positif sur la prévention du blanchiment d’argent et du financement du terrorisme en Algérie.

La lutte contre ces fléaux exige une coordination efficace entre les différentes parties prenantes, et la CTRF est au cœur de cette coordination. Elle facilite la communication et la collaboration entre les organismes gouvernementaux et les institutions financières.

Les Défis de Mohamed Saoudia

Le nouveau président de la CTRF, Mohamed Saoudia, se voit confier d’importants défis. Il doit poursuivre les réformes déjà engagées par son prédécesseur et maintenir la dynamique dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

La confiance du ministre Laaziz Faid repose sur l’engagement total de Mohamed Saoudia et sur la qualité de sa contribution tout au long de son mandat. Il lui a souhaité plein succès dans cette nouvelle mission, conscient que la tâche qui l’attend est cruciale pour la sécurité et la stabilité du pays.

Un Avenir de Détermination

En conclusion, la passation de pouvoirs à la CTRF marque un moment clé dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme en Algérie. La nouvelle direction, sous la direction de Mohamed Saoudia, s’engage à poursuivre la mission essentielle de la CTRF.

L’Algérie réaffirme ainsi son engagement envers la prévention de ces fléaux, tout en continuant à jouer un rôle actif sur la scène internationale dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Un avenir de détermination et de coopération internationale attend la CTRF sous sa nouvelle direction.

Article précédent500 Bourses d’Études Renforcent les Liens entre l’Algérie et 24 Pays Arabes et Africains
Article suivantQuand l’Enseignement Supérieur et la Société Civile Scellent une Alliance Pour le Développement National