« De longues heures de travail peuvent entraîner des décès prématurés », indique une étude de l’OMS publiée ce lundi. Ainsi selon les termes de cette étude, travailler plus de 55 heures par semaine augmente le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) de 35%.

« Travailler 55 heures ou plus par semaine représente un grave danger pour la santé », a souligné le Dr Maria Neira, directrice du Département environnement, changement climatique et santé à l’OMS.

Selon elle, « il est temps que tous – gouvernements, employeurs et salariés – nous admettions enfin que de longues heures de travail peuvent entraîner des décès prématurés ».

Selon les termes de cette étude, travailler 55 heures ou plus par semaine est associé à une hausse estimée de 35 % du risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) et de 17 % du risque de mourir d’une cardiopathie ischémique par rapport à des horaires de 35 à 40 heures de travail par semaine.

L’OMS et l’OIT estiment qu’en 2016, 398 000 personnes sont mortes d’un AVC et 347 000 d’une maladie cardiaque pour avoir travaillé au moins 55 heures par semaine. Entre 2000 et 2016, le nombre de décès dus à des cardiopathies liées aux longues heures de travail a ainsi augmenté de 42 %, un chiffre qui s’établit à 19 % pour les AVC.

La plupart des décès enregistrés concernaient des personnes âgées de 60 à 79 ans, qui avaient travaillé pendant 55 heures ou plus par semaine lorsqu’elles avaient entre 45 et 74 ans.

Toujours selon l’OMS, « maintenant, on sait qu’environ un tiers du total de la charge de morbidité estimée liée au travail est imputable aux longues heures de travail » « Cela en fait le premier facteur de risque de maladie professionnelle ».

Toutefois, la charge de morbidité est particulièrement importante chez les hommes (72 % des décès les concernent) car ces derniers représentent une grande part des travailleurs dans le monde.

Article précédentRetournement de situation / la SEAAl annule le programme de distribution d’eau annoncé ce matin
Article suivant48 présumés terroristes dont Abdelmalek Droudkel poursuivis en justice à Alger