Pour le président du parlement tunisien et patron de la mouvance islamiste en Tunisie, Rached Ghannouchi, la nécessité d’accorder plus d’importance aux relations entre la Tunisie et ses deux voisins l’Algérie et la Libye se fait ressentir. Le leader des frères musulmans tunisiens pense que c’est sur ces deux pays que son pays doit s’appuyer pour sortir de la crise.  

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision tunisienne Diwan, Ghannouchi a défendu l’idée selon laquelle « le triangle Algérie-Tunisie-Libye doit être considéré comme le moteur de la croissance pour la Tunisie».

En plus des ambitions économiques, Ghannouchi a également fait part des ambitions politiques de son pays qui veut relancer « l’Union du Maghreb Arabe », qui, selon lui, aidera la Tunisie à résoudre ses problèmes avec l’aide de ses alliés régionaux.

Dans le même contexte, le patron du parti Ennahda a formulé le souhait de voir les frontières entre les trois pays rouvertes. Il a même évoqué l’idée d’une unification de la monnaie afin de sceller un avenir commun entre ces trois pays.