Des assaillants se sont introduits dans le logement de fonction occupé par des enseignantes à Biskra dans la nuit de vendredi à samedi. Tout comme leurs collègues de Bordj Badji Mokhtar il y a quatre jours, elles ont été agressées, menacées avec des armes blanches et dépossédées de certains de leurs effets.  

« L’agression a eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi, vers 3 h du matin. Elle est l’œuvre d’un individu qui s’est introduit dans l’appartement des enseignantes qui est situé au rez-de-chaussée de l’immeuble après avoir brisé une fenêtre », a indiqué Boualem Amoura, SG du Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation (SATEF).

Ce dernier a également précisé que « deux enseignantes sont restées dans l’appartement après que leurs collègues ont rejoint leurs familles pour le week-end », ajoutant que « l’agresseur a volé les Smartphones et des PC portables des institutrices après les avoir menacées avec des armes blanches ».

Il convient de rappeler que cette énième agression survient quatre jours après l’attaque abjecte contre dix institutrices à Bordj Badji Mokhtar, où une dizaine d’enseignantes se sont fait agresser par plusieurs assaillants. L’une d’elles a même été violée, selon les déclarations du procureur adjoint d’Adrar.

Article précédentVidéo. Législatives/ Ould Abbès affirme que la victoire est due à la baraka de Bouteflika
Article suivantParution du premier numéro de la revue "LNG 16"