blank

Interpelé par un média espagnol sur la récente déclaration du président Tebboune à travers laquelle il a qualifié d’« inacceptable moralement et historiquement » le revirement de l’Espagne en faveur du plan marocain d’autonomie pour le Sahara occidental, le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel a dit ne pas vouloir « alimenter des polémiques stériles » avec Alger et que les décisions du son gouvernement étaient « souveraines ».

« Je ne vais pas alimenter des polémiques stériles, mais l’Espagne a pris une décision souveraine dans le cadre du droit international et il n’y a rien d’autre à ajouter », a-t-il dit lors de son passage sur les ondes de la radio espagnole Onda Cero.

Le chef de la diplomatie espagnole a rajouté une couche en disant que de toutes les déclarations du président Tebboune, il n’a, en fait, retenu qu’une seule et celle-ci a trait à « la garantie totale de l’approvisionnement en gaz algérien à l’Espagne et le respect des contrats internationaux ».

Chose qui n’a pas tardé à faire réagir Alger par la voie de son envoyé spécial chargé de la question du Sahara occidental au ministère algérien des Affaires étrangères, Amar Belani, qui a estimé que les propos du chef de la diplomatie espagnole étaient « désobligeants, offensants et inacceptables (..) ne contribueront certainement pas à un retour rapide à la normale dans les relations bilatérales ».

Rappelons que le gouvernement espagnol avait exprimé son soutien au plan marocain d’autonomie dans l’épineux dossier du Sahara occidental le 18 mars dernier. L’Espagne a donc décidé de s’éloigner de sa position traditionnelle en faveur d’un rapprochement avec le Maroc, afin de résoudre une brouille diplomatique qui aura duré un an.

Article précédentAlgérie – Cameroun : Eto’o menace Belmadi de poursuites devant les instances de la FIFA
Article suivantSanté : la majorité des cas de maladies rares recensées en Algérie est due à la consanguinité