Recrutement au Québec : Les Pays Sources Interrogent les Pratiques Controversées

0
Recrutement au Québec : Les Pays Sources Interrogent les Pratiques Controversées

Canada: Dans le monde globalisé d’aujourd’hui, le recrutement de talents à l’étranger est devenu monnaie courante. Cependant, cette pratique n’est pas sans controverses, et le Québec se retrouve sous les feux des critiques pour sa politique de recrutement, en particulier dans des secteurs essentiels tels que la santé. 

Un Recrutement Sans Invitation Officielle

L’une des principales préoccupations soulevées par les pays sources concerne le recrutement effectué par le Québec sans invitation officielle. Contrairement à d’autres pays qui cherchent à attirer des talents étrangers, le Québec semble opérer de manière proactive, parfois sans demander l’autorisation préalable des pays sources.

Selon Souriya Otmani, ambassadrice du Maroc au Canada, les gouvernements qui cherchent à recruter des compétences devraient faire preuve de retenue et de réflexion dans leurs démarches. Cette approche proactive a des conséquences directes sur les pays sources, notamment en exacerbant la pénurie de professionnels de la santé, comme l’a récemment observé le Maroc après un tremblement de terre.

Les Conséquences sur les Pays Sources

Le Québec ne recrute pas seulement dans le domaine de la santé, mais cette profession est l’une des plus touchées. Selon Jean-Claude do Rego, ambassadeur de la République du Bénin au Canada et aux États-Unis, il existe un besoin pressant en ressources humaines dans des secteurs tels que la santé et l’éducation. Cependant, le recrutement intensif de ces professions peut laisser les pays sources en difficulté, car ils perdent leurs précieuses compétences.

Les experts notent que les gouvernements des pays sources devraient mettre en place des mécanismes pour éviter que des secteurs cruciaux ne soient vidés de leurs talents. Par exemple, l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC) au Maroc gère le recrutement dans le respect de certains principes, en évitant de promouvoir l’exode dans des secteurs sensibles comme la santé.

Les Appels à une Réflexion Commune

Les experts s’accordent sur le fait que la mobilité internationale ne doit pas être entravée, car de nombreuses personnes cherchent à améliorer leur vie et celle de leurs familles. Cependant, une réflexion commune est nécessaire pour atténuer les tensions sur les systèmes déjà fragilisés dans les pays sources.

Yves Legault, vice-président exécutif de ISA Immigration et Recrutement, souligne l’iniquité flagrante dans le modèle migratoire actuel. Il rappelle que le Québec recrute des professionnels formés à l’étranger sans avoir contribué à leur éducation, créant ainsi un déséquilibre économique.

L’ambassadeur Jean-Claude do Rego invite à trouver un compromis pour que les échanges de talents restent compatibles avec les besoins de développement des pays sources. Par exemple, son gouvernement cherche à obtenir un plus grand nombre de places à coût réduit dans le système éducatif québécois. Il estime que des efforts similaires pourraient être déployés pour améliorer les conditions salariales dans les pays sources.

La Réflexion Internationale

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a établi une liste rouge des pays dont les systèmes de santé sont les plus vulnérables, afin de sensibiliser les pays recruteurs aux conséquences de leurs actions. Le Québec recrute directement dans plusieurs pays de cette liste, et l’OMS appelle les gouvernements recruteurs à adhérer à un code de conduite et à passer des accords avec les bassins de travailleurs pour atténuer l’impact.

La question du recrutement à l’étranger n’est pas seulement une préoccupation locale, mais un débat international. Comment garantir que la mobilité internationale profite à toutes les parties tout en évitant d’aggraver les déséquilibres économiques et sociaux ? C’est un défi auquel de nombreux pays sont confrontés, et une réponse mondiale est nécessaire.

Le Québec, comme de nombreux autres acteurs internationaux, est confronté à des critiques concernant son recrutement à l’étranger. Alors que la mobilité internationale reste une aspiration légitime pour de nombreuses personnes, il est impératif de trouver un équilibre pour prévenir les conséquences néfastes sur les pays sources. Les débats et les efforts visant à améliorer la situation doivent se poursuivre au niveau local et international pour parvenir à une solution équitable et durable.

Article précédentBelgique-Maroc: Les Connexions Secrètes du MR avec le Sahara Occidental
Article suivantArrestation au Maroc : L’auteur présumé des Faux Appels à la Bombe au Québec enfin Démasqué