L’Algérie plaide pour la mise e place d’un « protocole arabe de coopération destiné à récupérer les fonds détournés a l’étranger ». La proposition a été faite hier lundi, à l’occasion de la 37e session du Conseil des ministres arabes de la Justice au Caire.

Le ministre algérien de la Justice, Abderrachid Tabi, a fait savoir devant ses homologues arabes que la proposition de l’Algérie vise, en premier lieu, à compléter la Convention arabe contre la corruption.

M. Tabi a égalent dit que « la lutte contre la corruption et la récupération de l’argent qu’elle génère sont des objectifs lancinants pour tous les pays arabes », tout en soulignant que leur concrétisation « nécessite une unification des efforts ».

Le ministre algérien de la Justice a, par là même, expliqué que l’État algérien œuvrait à récupérer ses fonds pillés conformément à « une approche globale approuvée par le président de la République, laquelle nécessite l’intensification de la coopération internationale et arabe ».