Shireen Abu Aqle

l’armée d’occupation a commis un autre crime qui améliore son score en meurtres et en abus, mais cette fois, elle a ciblé les propriétaires du mot , pas les propriétaires de l’arme, tant qu’Avichai et sa coterie se sont vantés d’être une armée de défense non une armée d’attaque, et qu’ils ne sont exposés qu’à ceux qui y sont exposés et qui ont essayé au fil des années, ils ont occupé la terre de blanchir leurs papiers brouillons avec l’aide des médias sionistes à l’Est et à l’Ouest.

l’armée d’occupation a tué la journaliste Shireen Abu Aqleh, correspondante d’Al-Jazeera, après avoir été touchée à la tête par une balle de sniper, dans le camp de Jénine.

Le soldat sioniste a pu bourrer son fusil et bien le polir, et prendre un endroit approprié où il pouvait voir Shirin et regarder le moment où elle tirait sans autres journalistes, puis il a appuyé sur la gâchette et lui a mis la balle de trahison dans la tête sans manquer la cible entre le casque et le carnage !… Il rapporta la nouvelle à son armée et but le breuvage de la victoire.

Il n’y a personne au monde plus heureux qu’Avichai Adraee. Sherine, Elias Karam et d’autres journalistes chrétiens ont pu réfuter la propagande sioniste qui qualifie l’islam, les islamistes et les terroristes de toute résistance sur la terre de Palestine.

Sherine Abu Aqila, et pendant un quart de siècle, a cru en la cause de la Palestine et a senti l’injustice infligée à son peuple, et a transmis la vérité – et rien que la vérité – au monde, ce qui a dérangé Avichai et son groupe. Le journalisme Dirar dans notre monde arabe et islamique.

Aujourd’hui, et à chaque fois, les sionistes et les sionistes arabes nous présenteront des histoires en rose qui absoudront l’armée d’occupation de toute responsabilité et blâmeront la résistance palestinienne, et ils nous diront : « S’ils n’étaient pas partis, Shirin n’aurait pas été tué! » Et c’est ce qu’ils ont fait , car nous en entendons parler depuis longtemps, mais ils vont se moquer et rire et continuer à boire leur boisson préférée.

Lorsque les terroristes tirent sur nos soldats à Jénine, ils doivent répondre de toutes leurs forces, même s’il y a des « journalistes » dans la région d’Al Jazeera qui se tiennent souvent délibérément au milieu de la bataille et agacent les soldats
Itamar Ben Gvir, un conseiller à la Knesset israélienne.

Aujourd’hui, Sherine, « Bint Bethléem », rejoint une longue liste de journalistes qui ont payé leur vie pour leur travail, pour leurs croyances, pour leur amour de la vérité, et pour leur quête pour révéler la vérité et combattre le mensonge, et le prix qu’il exorbité.

Article précédentAlgérie-Russie : Tebboune officiellement invité à Moscou
Article suivantLe plus cher… Le pétrole algérien se redresse