Alors que les travailleurs avaient perdu tout espoir quant au rétablissement de la retraite sans condition d’âge, le patron de l’Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA), Salim Labatcha a rouvert le dossier en annonçant le dépôt d’une requête auprès de la nouvelle assemblée populaire nationale pour une révision de la loi régissant le départ en retraite.

Intervenant depuis Mascara, où il a pris par au lancement de la campagne de vaccination contre la Covid-19 auprès des travailleurs, le patron de la centrale syndicale a estimé que la loi soumettant le départ à la retraite à une condition d’âge est, tout simplement, « injuste » envers les travailleurs.

L’intervenant n’a pas manqué de rappeler que les années travaillées après les 32 ans de service ne sont pas comptabilisées. « Il est injuste d’exiger une condition d’âge (60 ans ndlr) pour partir en retraite alors que le travailleur a bouclé ses 32 ans de services », a-t-il martelé.

Labatcha a également fait savoir que le problème a été posé au président de la République, qui selon lui, a accueilli à bras ouverts la proposition de réviser la loi sur la retraite.