Sahara occidental : La pression monte au sein du Polisario pour intensifier la guerre contre le Maroc

0
Polisario
Advertisement

Sahara occidental : Le journal français « Le Monde » a indiqué que deux ans après la fin du cessez-le-feu avec Rabat, Ibrahim Ghali a été réélu à la tête du Front Polisario lors de sa seizième conférence, qui s’est tenue en Algérie.

Le journal demandait, dans un contexte de frustration croissante au sein de la population, l’unité apparaît-elle depuis cinquante ans en brisant le Polisario ? Considérant que le mot d’ordre de la conférence « intensifier la guerre » traduit l’impatience des Sahraouis à donner un nouvel élan au conflit qui dure depuis quarante-sept ans, et depuis deux ans il a pris une forme de faible intensité, c’est-à-dire la guérilla que le Maroc a ignorée et dont les Sahraouis n’ont vu aucun fruit.

« Il y a une énorme pression pour intensifier les combats et revenir aux méthodes de combat précédentes, entre 1986 et 1989, lorsque nous avons mené des batailles qui ont abouti à d’excellents résultats dans la récupération des armes et la capture de soldats. Notre jeunesse et notre armée en particulier l’exigent », explique Ibrahim Ghaly au journal « Le Monde » et à trois autres médias européens, le 16 janvier.

« L’inaction de la communauté internationale nous condamne à une mort lente, et nous préférons mourir dignement », cite Le Monde citant Wali al-Dah, le secrétaire du Polisario, et le militaire de 40 ans, l’un des soixante manifestants d’octobre. et novembre 2020, fermés pendant plus de vingt jours Poste frontière de Guerguerat entre le Sahara occidental et la Mauritanie, que le Maroc a construit en zone tampon. L’intervention d’unités militaires marocaines pour les expulser par le Polisario a été vécue comme une rupture du cessez-le-feu par Rabat. « C’était notre objectif », explique le gardien. Maintenant, nous ne ferons pas la même erreur qu’en 1991 : si le Maroc veut négocier, nous tiendrons un stylo dans une main et un fusil dans l’autre.

Ibrahim Ghali : Il y a une énorme pression pour intensifier les combats et revenir aux méthodes de combat précédentes entre 1986 et 1989, lorsque nous avons mené des batailles qui ont abouti à d’excellents résultats dans la récupération des armes et la capture de soldats. Notre jeunesse et notre armée en particulier l’exigent

Et Le Monde d’ajouter que trente ans se sont écoulés depuis l’accord de paix entre Rabat et le Front Polisario, et les résolutions des Nations Unies qui prévoient l’organisation rapide du référendum d’autodétermination au Sahara Occidental, dernière région africaine incluse sur son territoire. Vingt ans se sont écoulés depuis la dernière tentative sérieuse des Nations unies pour résoudre le conflit, à travers le « plan Baker II » en 2003, que le Maroc a rejeté. Et quinze ans que Rabat a proposé en 2007 l’autonomie sous souveraineté marocaine, ce qui est inacceptable pour le Front Polisario. Pendant ce temps, de nombreux jeunes ont émigré. Pour ceux qui restent dans les camps de Tindouf, une reprise des combats est le dernier espoir de mettre fin à un exode massif qui dure depuis quarante-sept ans.

Le Monde a cité Khalihna Mohamed, 34 ans, directeur de la jeunesse au ministère sahraoui de l’éducation, disant : « Le Polisario s’est transformé en un État en exil, et nous sommes un mouvement de libération nationale. Pendant ce temps, le Maroc est dans une position confortable. Il occupe nos terres, exporte nos ressources naturelles, exploite nos réserves de phosphate et invite les entreprises à s’installer au Sahara Occidental. Nous ne pouvons pas renoncer à notre atout majeur, qui est la lutte armée. L’attente tue nos âmes et tue nos aspirations », comme il l’a dit.

Il ajoute : « Nous ne devons pas seulement attaquer le mur, mais l’infrastructure économique du Maroc pour l’empêcher de bénéficier de nos ressources. Les Sahraouis des territoires occupés doivent participer à cette lutte. Nous devrons peut-être envisager de nous fier aux kamikazes. « Nous devons utiliser tous nos papiers », a déclaré le directeur de la jeunesse, diplômé du département d’anglais de l’université d’Alger.

Plus d’un tiers des résidents du camp sont des enfants de moins de 17 ans, et la moitié d’entre eux sont des femmes. La plupart d’entre eux sont nés dans le camp et ne connaissaient pas la région pour laquelle ils se battaient. « Mais le sentiment d’appartenance et d’amour pour notre terre se transmet de génération en génération à travers les histoires de nos ancêtres, et nous apprenons avec tristesse ce que le Maroc a fait de torture et d’extorsion à nos frères dans les territoires occupés », explique Moulay Bashir, 35 ans. , un avocat.

Responsable sahraoui : Nous ne devons pas seulement attaquer le mur, nous devons attaquer l’infrastructure économique du Maroc pour l’empêcher de bénéficier de nos ressources. Nous devrons peut-être envisager de nous fier aux kamikazes

Le Monde note que dans les camps régulièrement touchés par les inondations et les tempêtes de sable, 7,6 % de la population souffre de malnutrition aiguë et 28 % de retard de croissance. Plus de la moitié des femmes et des enfants souffrent d’anémie. Cependant, depuis la pandémie de Covid et la guerre en Ukraine, l’aide internationale a diminué. Dans le contexte d’une inflation galopante, la distribution de nourriture dont dépendent 90 % de la population a été réduite de moitié, selon le Croissant-Rouge sahraoui.

Le Monde a estimé que si les véritables capacités de l’armée sahraouie, qui s’appuie sur l’aide de ses alliés, sont inconnues, alors la volonté de mener une grande bataille chez les jeunes, alors que des dizaines d’entre eux se sont rassemblés devant les portes de l’armée sahraouie Ministère de la Défense lorsque le Polisario a annoncé la reprise de la lutte armée ; Elle a expliqué qu’en deux ans, le Front Polisario a enregistré plus de cinquante morts, dont la moitié de civils, aux mains de l’armée marocaine, que le Front a dénoncée pour avoir utilisé des drones.

Rabat, pour sa part, ne fournit aucune information sur d’éventuelles pertes humaines ou matérielles.

Le journal français a indiqué qu’il y a des diplomates sahraouis qui ont un discours plus modéré, comme Abdallah Arabi, diplômé en relations internationales de Cuba et délégué du Polisario en Espagne, qui insiste sur le fait que « l’obtention d’un arrêt de la Cour de justice des Communautés européennes Union » contre l’exploitation par le Maroc des réserves de chasse au Sahara. L’Occident est aussi une façon de faire la guerre.

Quant à la pharmacienne, Sawadi Mahdi (29 ans), elle déclare : « Nous vivons cette situation depuis longtemps, sans paix ni guerre. Ce qui nous a été pris par la force ne reviendra pas sans l’usage de la force. La guerre me fait peur, bien sûr, mais elle est nécessaire pour notre avenir et celui de nos enfants.

Article précédentLe Maroc annonce une « remise en cause » de sa relation avec l’Europe!!!
Article suivantUne organisation marocaine solidaire avec la Ligue Algérienne de Défense des Droits de l’Homme