La dernière sortie médiatique du moudjahida Djamila Bouhied est-elle à l’origine de la décision du ministre des Moudjahidines, Mohamed Chérif Abbas, d’augmenter de 25 % la pension des moudjahidines à compter de janvier 2010 ?

En tout état de cause, c’est ce qu’a annoncé le ministre, mercredi à Alger, à l’issue de l’ouverture des travaux de la rencontre d’évaluation annuelle en présence des directeurs de wilayas. Mohamed Chérif Abbas, a précisé que cette augmentation s’inscrit dans le cadre de l’amélioration du niveau de vie de cette catégorie, car « le secteur oeuvre toujours à augmenter cette pension, avec chaque revalorisation du salaire national minimum garanti (SNMG) », qui a été porté, en décembre dernier, à 15.000 DA.

Il a précisé par ailleurs, que son ministère étudie en consultation avec le ministère des finances, la possibilité de l’augmentation du reste des pensions ne dépendant pas du salaire de base.

Ces mesures s’inscrivent dans la cadre des directives établies par le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, relative à la garantie « d’une vie digne » à la catégorie des Moudjahidine, des veuves de chouahada, des ayants-droits et des invalides de guerre et à « l’amélioration des prestations offertes à tous les niveaux », a-t-il ajouté.

Retour du discours nationaliste

Profitant de la ferveur populaire qui entoure l’équipe nationale de football, le gouvernement actuel ressort son discours sur la passé glorieux de nos révolutionnaires à un moment où les scandales financiers se succèdent au sommet de l’État, exacerbés par l’inscription de l’Algérie sur la liste des pays à risque par certains pays occidentaux, notamment les États-Unis et la France.

Dans ce contexte, il est évident que l’annonce par le ministre des Moudjahidines de la réalisation « d’un grand complexe dédié à la mémoire nationale, dont le siège serait établi dans la ville de Sidi Abdellah (Alger) ou ses environs, un site qui « symbolisera la glorieuse révolution nationale et les énormes sacrifices consentis par le peuple algérien », est perçue comme un manœuvre politicienne opportune servant à ressouder le peuple autour d’un idéal national qui a du mal à faire recette étant donné son caractère purement fictif: sur le terrain, l’actualité- grèves, affaires de corruptions, bilan économique, crise politique, etc- prouvant plutôt le contraire des discours officiels.

Alors quand Mohamed Chérif Abbas parle de « la production « intense » de films et de documentaires sur la résistance nationale, « réalisés par des compétences reconnues dans le monde de l’art et de la culture », tout en continuant à recueillir des témoignages vivants des artisans de l’épopée
du 1er novembre, à écrire et à éditer leurs mémoires », le doute est permis.

Même chose lorsque le Ministre en question parle de l’édition de livrets intitulés « Gloires d’Algérie », en direction des jeunes et qui seront mis à la disposition du ministère de l’éducation nationale. Comme quand il assure que  » l’année 2010 verra la réalisation de 14 nouvelles directions des moudjahidine, outre la consolidation et l’extension des structures sanitaires et des centres de loisirs et de détente destinés aux moudjahidine et ayants-droits « .

Le gouvernement annonce, par la voix de Mohamed Chérif Abbas, que vingt (20) milliards de dinars seront débloqués pour la réalisation de ses projets.

Maintenant, au delà de cette opération de « redorage de blason » que semble expliquer ce soudain regain d’intérêt à notre histoire et aux hommes et femmes qui l’ont faite, espérons au mois que tout cet argent profitera à ceux qui en ont réellement besoin .

RAF

Originally posted 2010-01-27 18:05:31.

Article précédentJSK / Mellal éjecté, Yarichène prend la direction du club
Article suivantLe nouveau billet de 2.000 DA présenté à Alger