Suite à la décision du Président de la République…4 scénarios pour augmenter prochainement les salaires des Algériens

0
Advertisement

Algérie: Dans le sillage de l’annonce du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, l’inscription de nouvelles augmentations des salaires algériens à travers la loi de finances de 2023, lors du dernier conseil des ministres, les spécialistes attendent la possibilité de mettre en œuvre ces augmentations sur le terrain à travers 4 scénarios , compte tenu des capacités financières du Trésor.

Cela vient en conjonction avec la demande de certaines des parties à la réunion tripartite lors d’une réunion à laquelle le gouvernement, « Patrona » et les syndicats assisteront bientôt, car ils estiment que « le moment est venu de se réunir autour de la table de dialogue pour discuter la situation économique et sociale actuelle, les augmentations salariales et le retour sur investissement.

L’économiste Ahmed Haydoussi dessine 4 scénarios d’augmentation des salaires des Algériens qui restent devant le gouvernement, et les laboratoires du ministère des Finances peuvent les étudier pour les inclure à travers la loi de finances de 2023, qui consiste soit à réduire l’impôt total sur le revenu qui affecte des salaires supérieurs à 30 mille dinars, similaires à ce qui s’est passé dans la loi L’exercice 2022, et il émet ici deux hypothèses, qui sont soit de porter le montant des salaires non concernés par cet impôt à 35 mille dinars ou 40 mille dinars, soit réduire la taille de cet impôt pour toutes les catégories de salaires dans des proportions variables, ce qui s’est produit l’année dernière.

Le deuxième scénario consiste à relever le point indicatif pour la fonction publique, de sorte que la valeur du point d’inférence soit relevée ou que le nombre de points pour les employés soit relevé, ce qui leur permettra d’obtenir une augmentation financière de leur salaire, et le troisième scénario est de fournir des augmentations financières directes sous forme de subventions aux salaires des ouvriers et des employés, similaires à Ce qui s’est passé en 2008, lorsque le gouvernement a approuvé une augmentation de 2000 dinars des salaires des ouvriers, mais cette hypothèse est faible, et le porte-parole ne s’attendait pas à y aller en option devant les hautes autorités du pays.

La quatrième proposition est d’augmenter le salaire minimum garanti pour les travailleurs algériens, à l’instar de ce qui s’est passé une fois l’élection du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, où le salaire a été porté à 20 000 dinars du Trésor et ne le dépassera pas.

Le porte-parole a exclu de fortes augmentations de salaires en termes de volume monétaire, mais il a qualifié cette étape de positive, d’autant plus que le président «a établi la tradition d’une augmentation annuelle progressive des salaires, après qu’elle ait été préalablement revue tous les 10 ans ou plus, ce qui a fait des doses supplémentaires de salaires au cours des années passées. A l’époque du régime précédent, c’était insignifiant, au vu de l’érosion de la valeur du dinar et du passage des années, par rapport à la politique actuelle du Président de la République », ajoute Al-Haidosi.

La valeur du dinar a baissé entre 2008 et 2022 de 105%, ce qui a fait que des salaires qui équivalaient à l’époque à 20 000 dinars dépassent en valeur aujourd’hui 40 000 dinars, selon le même expert.

Pour sa part, un membre de la Coordination nationale du patronat (comprenant 5 organisations patronales et la Chambre algérienne de commerce et d’industrie) Mounir Roubai confirme que le moment est venu aujourd’hui – selon son point de vue – de tenir une réunion tripartite pour discuter des nouvelles mesures d’augmentation des salaires et de la loi sur l’investissement La nouvelle et les décisions qui l’accompagneront, car l’Organisation nationale pour le développement économique dirigée par l’orateur avait précédemment demandé une date pour cela il y a quelque temps, ajoutant que « beaucoup de temps s’est écoulé depuis la dernière trilogie, ces parties doivent donc se réunir bientôt pour étudier l’évolution de la situation sociale et économique ».

Le porte-parole a salué la décision d’augmenter les salaires qui a été approuvée en Conseil des ministres, mais il est revenu en disant que pour que les institutions privées puissent augmenter les salaires de leurs travailleurs et maintenir les postes de travail, en particulier ceux touchés pendant la période Corona , ces derniers doivent recevoir le soutien et les facilités nécessaires en activité par les autorités.

Roubai a expliqué que la Coordination se réunira à l’entrée sociale en septembre pour étudier la situation générale et discuter des nouvelles décisions sur les plans économique et social.

Article précédentEn images : un désert en Belgique… Quelle est son histoire ?!
Article suivantAvec une initiative menée par l’Espagne, l’OTAN se « rapproche » des frontières de l’Algérie