FIFA

Algerie Foot: samedi, la Fédération algérienne de football a révélé, dans un communiqué publié sur son site officiel, qu’elle avait reçu une réponse officielle de son homologue international, la « FIFA », en acceptant son dossier de protestation concernant les erreurs d’arbitrage dans le match entre l’Algérie et le Cameroun. .

la phrase : « Nous regrettons vos appréciations, qui ont vu que les décisions de l’arbitre ont affecté négativement le déroulement du match Algérie-Cameroun, ce qui était écrit dans le communiqué de la Fédération algérienne de football, et a été confié à la « FIFA », un large débat sur les plateformes de médias sociaux, entre professionnels des médias et militants sur l’interprétation de sa signification.

La réponse de la FIFA est négative et laisse entendre que la confrontation ne se reproduira pas

Un groupe de médias algériens a expliqué que le mot « nous regrettons » est une réponse négative au contenu de la manifestation, et suggère que les efforts de « FAF » pour rejouer le match entre l’Algérie et le Cameroun sont restés lettre morte.

le journaliste algérien, Yassin Bin Lamnawar, a publié des interprétations de ce qui était dit dans le communiqué « FAF », à travers lequel il a suggéré que la réponse de la Fédération Internationale du Jeu était négative, concernant la question des efforts pour reconfronter les Algériens. et les équipes camerounaises.

Bin Lamnawar a vu que commencer par le mot « nous regrettons » dans la correspondance administrative signifie que la réponse est négative, et le mot utilisé est une excuse pour le manque d’acceptation positive de la réponse, et son utilisation entre dans le cadre de la correspondance administrative.

le journaliste du réseau qatari, « Bein Sport », a ajouté dans son billet, que lorsqu’une demande officielle est déposée et que la réponse est négative, la correspondance commence généralement par le mot « regret », selon son opinion.

Le journaliste algérien a ajouté que la FIFA regrettait son homologue algérien pour la réponse négative, qui diffère du contenu de la protestation axée sur les erreurs commises par l’arbitre Gassama et qui a affecté l’issue de la confrontation, selon la Fédération algérienne du jeu.

Bin Lamnawar a poursuivi, que la réponse négative de l’instance internationale est venue comme une explication de ce qui a été fait par le jury, qui a décidé – selon lui – que Gassama n’a pas décidé seul dans le match Algérie-Cameroun, mais a utilisé les arbitres du arbitre assistant technique VAR.

Suite aux interprétations de Yassin Bin Lamnawar, journaliste du réseau qatari « Bein Sport », son compatriote Tariq Ghadry, journaliste du site Internet de l’Association internationale de football, a ensuite expliqué le contenu du communiqué « FAF ».

Tariq Ghadry a écrit dans son compte personnel sur la plateforme Facebook, d’après ce qu’il a compris du contenu du communiqué, que l’affaire avait été résolue et que l’étude du dossier avait été achevée, et la « FIFA » a regretté que « FAF » ait considéré que la décision était envahissante et affectait l’issue de la confrontation.

Ghadry a ajouté que l’organisme international du jeu le plus populaire au monde a confirmé que le jury international avait étudié tous les cas que FAF avait inclus dans son dossier de protestation.

Le même journaliste a conclu que la FIFA avait confirmé la présence de la technologie « var » dans le match Algérie-Cameroun, et que les cas dont parlait la Fédération algérienne avaient été étudiés par la commission internationale d’arbitrage, pour conclure au final que les Algériens L’argument est faible, indiquant que la correspondance ne sera pas répétée.

Le mot « désolé » ne signifie pas la réponse négative de « FIFA »

Une deuxième catégorie a expliqué que le mot « nous regrettons », qui figurait dans le communiqué de la Fédération Algérienne du Jeu, ne signifie nullement que la réponse de son homologue international a été négative, et qu’il accepterait de ne pas répéter le match. entre l’Algérie et le Cameroun.

Et le journaliste de la chaîne « Al-Hadaf », Younes Abdi, a expliqué, par le biais d’un post sur son compte personnel sur la plateforme Facebook, que le communiqué de la FAF ne comporte aucune allusion de la FIFA, n’acceptant ni ne rejetant le dossier de protestation.

Le journaliste d’Al-Hadaf TV a déclaré que le mot « désolé » n’indique pas que la réponse est négative ou positive, mais plutôt l’Association internationale de football, elle a regretté ce que le panel « FAF » a vu comme des erreurs arbitraires de l’arbitre gambien Gassama qui ont affecté le issue de l’affrontement.

L’écrivain Younes Baalouj, l’un des intéressés et suivant l’enjeu du match Algérie-Cameroun, a renforcé la position de son compatriote Younes Abdi, à travers un post sur son compte personnel sur Facebook.

S’appuyant sur ses 12 ans d’expérience dans le domaine des relations publiques, Baalouj a confirmé que le mot « désolé » est un mot d’ouverture, signifiant que le correspondant a vécu une mauvaise expérience, soulignant qu’il s’agit d’une forme de sympathie qui ne porte aucune atteinte. sens négatif ou vice versa.

Vives critiques sur la manière dont la déclaration a été rédigée

Un autre groupe a émis des réserves en commentant le communiqué de la FAF, dont ils ont jugé le contenu vague et totalement indigne ni de la réputation de la FIFA ni de la réputation de la plus haute instance du football en Algérie, en particulier le mot « nous regrettons », qui était dépourvu de toute interprétation. qui enlèvent l’ambiguïté de la compréhension de sa signification.

Majid Boutmin, journaliste du réseau Al-Jazeera, a estimé, dans son autre blog, que la déclaration de l’Association internationale de football, concernant le match entre l’Algérie et le Cameroun, est totalement floue.

Article précédentHafid Derradji: la FAF n’a pas publié l’intégralité de la correspondance de la FIFA pour manipuler les sentiments des Algériens
Article suivantRéseau « RMC » : « La FIFA a refusé de rejouer le match entre l’Algérie et le Cameroun »