L’Algérie a été classé par le département d’État américain parmi les pays qui fournissent le moins d’efforts pour faire face au phénomène de la traite des êtres humains. Ce classement est fortement contesté par le gouvernement algérien qui incrimine les ONG, qualifiées de sources non fiables.

Dans son rapport annuel sur la lutte contre la traite des êtres humains publié au titre de l’année 2015, le département d’État américain a établi une liste nominative dans laquelle sont classés en trois catégories distinctes 188 pays concernés par le fléau dans son sens le plus large (travail forcé, exploitation de mineurs, etc). De la première à la troisième catégorie, les pays sont classés suivant une courbe ascendante. La troisième catégorie dans laquelle a été classée l’Algérie est la moins élogieuse et elle regroupe les pays qui ne «se conforment pas pleinement aux normes minimales pour l’élimination de la traite et ne font pas d’efforts pour atteindre cet objectif».

Le MAE algérien est monté au créneau pour dénoncer un rapport qui est, selon lui, «loin de résulter d’une évaluation rigoureuse de la situation et qui puise surabondamment dans des sources approximatives et manquant de crédibilité et se fondant sur des informations erronées, voire fallacieuses». Dans sa réponse, Ramtane Lamamra a expliqué que la note du département d’État américain «ne prend pas l’exacte mesure des efforts significatifs consentis par l’Algérie en matière de prévention de la traite des personnes et ne rend certainement pas justice à la posture claire et active qui est celle de l’État algérien sur cette problématique dans son ensemble, le fléau de la traite des personnes étant un phénomène marginal en Algérie et étranger aux valeurs et coutumes de la société algérienne ».

Avant la réaction des autorités algériennes, le département d’Etats US avait déclaré, mercredi, que cette classification ne veut nullement dire que les pays indexés à la troisième catégorie sont des pays ou la traite d’êtres humains connait des niveaux alarmants, mais le but est de mettre en avant les pays qui fournissent le plus d’efforts pour faire face à ce phénomène et inciter les autres à leurs emboîter le pas.

Massi M. 

 

Originally posted 2016-07-03 12:47:49.

Article précédentJustice / l’ex-ministre des Ressources en eau Arezki Berraki placé sous mandat de dépôt
Article suivantAprès l’abrogation de la directive d’Ouyahia, urgence d’une visibilité et cohérence dans la réforme globale