Trek Rose Trip au Maroc : Un Cauchemar pour des Centaines de Femmes

0
Trek Rose Trip au Maroc : Un Cauchemar pour des Centaines de Femmes

Maroc: Un événement censé allier solidarité, aventure et soutien à la recherche contre le cancer du sein s’est transformé en un cauchemar sanitaire pour des centaines de femmes.

Le Trek Rose Trip, qui a eu lieu dans le désert marocain du 26 au 31 octobre, a été marqué par une série de problèmes sanitaires qui ont touché plus de 200 participantes. Le récit de ces événements, révélé par France Bleu Drôme Ardèche, souligne des conditions sanitaires déplorables et met en lumière le rôle présumé de l’organisateur, l’opérateur de voyage français Désertours.

La Promesse du Trek Rose Trip

Le Trek Rose Trip était initialement conçu comme une course solidaire, destinée à réunir des femmes dans un effort commun pour soutenir la recherche contre le cancer du sein. Les participantes, après des mois voire des années d’entraînement, étaient venues de toute la France, animées par le désir de contribuer à une cause noble tout en se lançant dans une aventure éprouvante.

Cependant, le rêve s’est rapidement transformé en cauchemar. Sarah Costanzo, âgée de 41 ans, est une survivante du cancer du sein. Elle avait entrepris ce voyage avec passion, ayant investi plus de 1600 euros dans cette aventure. Les recettes devaient être reversées à des associations luttant contre le cancer du sein, et pour Sarah, il était essentiel de montrer qu’après une maladie, il était possible de relever des défis.

Les Signes Précoces d’une Crise Sanitaire

Le début du Trek Rose Trip s’est bien passé, mais au troisième jour, Sarah a commencé à ressentir des troubles de santé. Au cours de l’étape, elle s’est effondrée. Ses camarades ont appelé un médecin, mais aucun n’était disponible, car ils étaient déjà occupés avec d’autres femmes dans des états plus graves.

Sarah a alors pris la décision de poursuivre, parcourant 19 kilomètres dans des conditions physiques de plus en plus difficiles. Elle se souvient de ces moments comme d’un calvaire, un combat perpétuel pour avancer alors que de nombreuses autres participantes souffraient de vomissements et de diarrhées dans les dunes.

Le retour au camp n’a pas été un soulagement. Les choses se sont rapidement détériorées, l’espoir d’être évacuées s’amenuisant. Sarah et d’autres ont vécu une situation désespérée, contraintes de rester dans leur propre vomissement et leurs excréments, dans un environnement insalubre. L’équipe médicale sur place était dépassée, et le camp ne disposait que de 30 toilettes pour près de 900 personnes, y compris le personnel.

Le Bilan Alarmant

Le bilan de cette épidémie a été alarmant. Selon Désertours, l’opérateur de voyage, environ 200 coureuses ont été touchées, dont 15 ont été hospitalisées au Maroc. Cependant, les participantes contestent ces chiffres, affirmant que plus de 245 femmes ont été touchées.

Parmi les facteurs mis en cause figurent le manque d’anticipation de la part de Désertours. L’opérateur avait déjà organisé un événement similaire, le Trophée Rose des Sables, quelques jours auparavant, qui avait également été touché par une épidémie. Les participantes accusent Désertours de ne pas avoir pris les mesures nécessaires pour éviter la répétition de cette situation.

De plus, les conditions sanitaires sur place étaient déplorables. Des témoignages font état de poubelles non vidées, d’équipements insuffisants et d’un manque d’hygiène flagrant. Les participantes avaient choisi de participer à cet événement pour soutenir une cause noble, mais elles ont été confrontées à une réalité bien différente.

Une Révolte Justifiée

Le mécontentement des participantes est accentué par le sentiment de trahison. Chacune d’entre elles avait investi une somme considérable pour participer à cette course, avec la conviction que des fonds substantiels seraient reversés à des associations de lutte contre le cancer du sein. Cependant, la révélation selon laquelle seulement 20 000 euros sur plus d’1,3 million d’euros collectés seraient effectivement versés à ces associations a provoqué un profond mécontentement.

Désertours avait omis de spécifier clairement le montant qui serait reversé, créant ainsi un sentiment de tromperie parmi les participantes. Le sentiment général est que cet opérateur de voyage n’a pas répondu à leurs attentes, compromettant ainsi la vision qu’elles avaient de cette expérience.

La Lutte pour la Justice

Face à ces circonstances désastreuses, un collectif de participantes s’est formé pour rassembler des preuves et des témoignages en vue de poursuivre Désertours en justice. Elles souhaitent que leur action mette fin à de telles pratiques et empêche d’autres personnes de devenir des victimes de cet opérateur de voyage.

Une enquête est actuellement en cours des autorités sanitaires marocaines, à laquelle Désertours assure coopérer pleinement pour déterminer l’origine de l’épidémie et la façon dont elle s’est propagée. L’entreprise affirme également avoir affrété un avion pour permettre aux dernières coureuses sur place de rentrer en France.

Ce triste épisode du Trek Rose Trip met en lumière l’importance cruciale de garantir des conditions sanitaires adéquates lors d’événements de cette envergure. De plus, il souligne la nécessité d’une transparence totale de la part des organisateurs en ce qui concerne les dons aux œuvres caritatives. Ce voyage, initialement conçu pour soutenir une cause noble, s’est révélé être une expérience traumatisante pour ses participantes, qui n’oublieront pas de sitôt ces jours sombres.

Article précédentAffaire de Divulgation de Secrets d’État aux Pays-Bas : Les Liens Troublants avec le Maroc
Article suivantLa Face Obscure de TikTok : Un Dangereux Influenceur Djihadiste marocain Arrêté en Espagne