Tunisie: Empêché de voyager…Rached Ghannouchi répond et a accuse Kaïs Saïed

0
Rached Ghannouchi
Advertisement

La radio tunisienne Diwan a indiqué que le juge d’instruction près le tribunal de première instance de l’Ariana, chargé de l’affaire des services secrets, a prononcé vendredi une interdiction de voyager contre 18 prévenus, dont Rached Ghannouchi.

Dans ce dossier, 123 personnes ont été entendues, dont le chef du Mouvement Ennahda, Rached Ghannouchi, qui a été interrogé le 2 novembre 2019, et la liste comprenait 24 personnes, dont Ghannouchi. Cependant, les dirigeants du mouvement Ennahda ont clamé leur innocence, et affirmé qu’ils n’avaient rien à voir avec le dossier des services secrets.

Pour sa part, Rached Ghannouchi, président de la Chambre des représentants, a nié avoir reçu un avis d’ interdiction de voyager , soulignant qu’il n’avait pas du tout l’intention de voyager, malgré avoir reçu de nombreuses invitations à participer à plus d’un événement international, dont le Davos. Forum, en sa qualité de Président du Parlement.

Ghannouchi a déclaré dans un communiqué: « Nous considérons que ce qui se passe est un processus systématique pour détourner l’attention de l’opinion publique et la détourner de l’attention aux véritables préoccupations et à la réalité de la crise politique et économique causée par le coup d’État contre la constitution et ses répercussions. sur la situation économique effondrée et la réalité des tensions sociales et dissimulant l’incapacité de l’autorité du coup d’État à améliorer les conditions de vie des citoyens et des citoyens et les accablant d’augmentations de prix et d’impôts injustes.

Il a ajouté : « Nous affirmons que Rashid Ghannouchi reste sous la responsabilité d’une justice équitable et indépendante à tout moment et lorsque, en raison de sa conviction que le dossier des services secrets présumés est un composite et fabriqué par la Commission de destruction et de falsification de Faits, et met également en garde contre la pression continue exercée sur le système judiciaire par Qais Saeed violant sans relâche l’autorité judiciaire.

Article précédentEconomie: Vers le réemploi de 34 000 travailleurs
Article suivantMinistre de la Santé : Voici ce que nous ferons si la variole du singe apparaît en Algérie