grève du personnel de l'ambassade de France

Avant, les employés des services consulaires chargés des visas de l’ambassade de France à Alger percevaient une partie de leurs salaires en dinar et l’autre en euro. Mais, ils ont été destinataires dernièrement d’une note annonçant la fin de ce procédé de rémunération, ce qui veut dire que dorénavant les salaires leur seront versés à 100% en dinar, a appris algerie-Focus.com de source sûres.

Selon nos informations, cette nouvelle a été très mal accueillie par les employés, qui ont exprimé leur mécontentement et refusé de se plier à cette nouvelle règlementation salariale.

En signe de désapprobation, le personnel de l’ambrasse est entré en résistance. Cela s’est illustré par une lever de pied dans le traitement des dossiers de demande de visas.

Voyant que cette action n’était pas concluante, les contestataires décident alors d’engager la vitesse supérieure pour carrément cesser le travail deux jours par semaine, le lundi et le mardi, ce qui a causé une accumulation considérable des dossiers à traiter.

A titre d’exemple, les traitements des demandes de visas en cours concernent les dossiers de décembre seulement. Ce qui a mis de l’huile sur « le feu », c’est la parade de l’ambassade pour expliquer et tenter de répondre aux retards enregistrés présents et futurs.

En effet, pour éviter de parler de la la grève, l’ambassade, dans une note publiée sur le site web visasfrance.org, justifie ce retard par le fait que les employés de l’ambassade aient participé aux actions de lutte conte le virus de la grippe A H1N1, ce qui a fait monter d’un cran la colère des protestataires face à ce mutisme et cette dérobade de la direction dans ce litige.

Affaire à suivre donc. Mais ces événement augurent d’une fièvre plus aiguë qu’une grippe passagère et dont les symptômes ont du couvé plusieurs mois.

HGH
Article précédentMondial 2014 : Le Burkina Faso ne lâche rien et tente un dernier recours auprès de la FIFA
Article suivantRevue de presse. VIDÉO. Etrange apparition de Seif Al Islam Kadhafi à la télévision libyenne