Une guerre diplomatique: Craintes d’un éclatement de la situation entre le Maroc et l’Algérie

0
Algérie Maroc
Advertisement

Algérie Maroc: La crise algéro-marocaine autour du dossier du Sahara occidental s’est muée en une guerre d’usure diplomatique dont les effets ont transcendé la région, ce qui fait craindre une explosion de la situation face à l’obstruction continue des perspectives de solutions, selon des analystes. .

Le Maroc mène une intense campagne diplomatique pour pousser de nouveaux pays à soutenir ses positions, depuis qu’il a arraché la reconnaissance de l’administration américaine à l’époque de Donald Trump, de sa souveraineté sur le territoire contesté fin 2020.

Le roi du Maroc, Mohammed VI, avait prévenu en août que « le dossier du Sahara est la lentille à travers laquelle le Maroc regarde le monde, et c’est le critère clair et simple pour mesurer la sincérité des amitiés et l’efficacité des partenariats ».  » Et il a appelé les pays « à clarifier leurs positions, d’une manière qui n’accepte aucune interprétation ».

En revanche, l’Algérie, grand adversaire de Rabat, continue d’afficher son soutien au Front Polisario. Il profite également de sa position d’important exportateur de gaz, courtisant l’Europe, qui cherche à compenser la baisse des quantités de gaz russe, pour marquer des points dans son lointain différend diplomatique avec Rabat, avec lequel il a rompu ses relations en août 2021. .

« Nous assistons à une guerre diplomatique, dans laquelle les deux parties utilisent tous les moyens sans parvenir à un conflit ouvert », a déclaré Riccardo Fabiani, directeur du projet Afrique du Nord à l’International Crisis Group.

Le dernier épisode de cette confrontation diplomatique remonte à fin août lorsque Rabat a rappelé son ambassadeur en Tunisie pour des consultations après que le président Kais Saied a reçu le chef du Polisario Ibrahim Ghali à l’occasion du symposium nippo-africain de la TICAD à Tunis.

Le Maroc a qualifié cette démarche d' »inacceptable » et d' »inutilement provocatrice », et a annulé sa participation au sommet. En réponse, la Tunisie a également rappelé son ambassadeur au Maroc.

« Ramifications » 

Fabiani souligne que la crise entre la Tunisie et le Maroc montre que « le conflit au Sahara occidental a commencé à montrer ses répercussions en dehors du cadre des relations bilatérales entre le Maroc et l’Algérie », expliquant que « le Maroc va désormais considérer la Tunisie comme faisant partie de la pro -Camp algérien. »

L’accueil d’Ibrahim Ghali pour se faire soigner du Covid-19 dans un hôpital en Espagne en avril 2021, a provoqué une grave crise entre Madrid et Rabat, qui a atteint son paroxysme avec l’entrée de plus de dix mille migrants dans l’enclave espagnole de Ceuta au sein de 24 heures en mai de la même année, après L’assouplissement des restrictions à la frontière du côté marocain.

Le différend n’a pris fin que lorsque Madrid a annoncé son abandon de sa position de neutralité et son soutien au projet du Maroc d’établir une autonomie au Sahara occidental, l’ancienne colonie espagnole dans laquelle Rabat contrôle environ 80% de son territoire.

Le Front Populaire de Libération de Saguia el-Hamra et Oued Eddahab (Polisario) réclame un référendum d’autodétermination sous l’égide des Nations Unies.

En réaction au changement de position de Madrid, l’Algérie a gelé l’accord de coopération et de partenariat avec l’Espagne, rappelé son ambassadeur et indiqué la possibilité d’augmenter le prix du gaz qu’elle vend à l’Espagne.

En novembre 2020, l’accord de cessez-le-feu entre le Royaume du Maroc et le Polisario signé en septembre 1991 a été violé, après que les forces marocaines ont été déployées dans l’extrême sud du territoire contesté pour expulser les séparatistes qui avaient bloqué la route illégale, comme on dit, vers Mauritanie.

Le niveau de tension est encore monté en novembre 2021 après le ciblage de camions commerciaux par des bombardements, qui s’est soldé par la mort de trois Algériens dans la région du Sahara occidental, dont le Maroc était accusé.

« Paix américaine » 

Pour Fabiani, la reconnaissance par Trump de la souveraineté marocaine sur le Sahara et le ressentiment de l’Algérie « ont ravivé un conflit longtemps gelé grâce à une sorte de paix américaine ».

Le Sahara occidental est situé sur la côte atlantique, avec une superficie de 266 000 kilomètres carrés et est riche en phosphates, et son littoral, s’étendant sur un millier de kilomètres, est riche en poissons.

« Au cours de la dernière décennie, le Maroc a renforcé sa politique diplomatique, notamment en Afrique et envers certains pays de l’Union européenne, tandis que l’Algérie a pris du retard », explique Dalia Ghanem, de l’Institut d’études de sécurité de l’Union européenne.

Elle estime que l’Algérie, forte de ses richesses gazières dont l’importance a été accrue par le conflit en Ukraine, « entend renforcer son rôle dans la région pour devenir un pays leader en Afrique ».

Comme le note Anthony Dworkin du Conseil européen des relations internationales, « Nous assistons à une tendance inquiétante à tout voir dans la région à travers le prisme de la rivalité algéro-marocaine (…) C’est une période sensible et dangereuse. »

L’émissaire de l’ONU pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, a effectué une nouvelle visite dans la région ce week-end, sans aucune indication d’une éventuelle reprise du dialogue suspendu depuis plusieurs années.

Fabiani a averti que « le risque d’un conflit militaire est faible car aucune des parties ne le souhaite. Mais ce danger ne doit pas être sous-estimé, car il suffit qu’un incident à la frontière et une erreur de calcul » éclatent en guerre.

Article précédentLe successeur de Vahid Halilhodzic provoque l’indignation au Maroc
Article suivantSource marocaine officielle dément Jeune Afrique. Le Roi du Maroc assistera t-il au Sommet d’Alger ?