Une Marocaine a été condamnée à de la prison pour avoir insulté l’islam via Facebook

0
Facebook
Advertisement

Maroc: Un tribunal marocain a condamné une blogueuse à deux ans de prison pour avoir insulté l’islam par le biais de publications sur sa page Facebook.

 Le frère de l’accusé, Fatima Karim, 39 ans, a déclaré que le tribunal l’avait interrogée le 15 juillet et qu’elle était détenue depuis lors en raison de son commentaire satirique en arabe sur sa page Facebook personnelle concernant les versets coraniques et le sermon du Prophète Muhammad, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix.

Le frère du blogueur a ajouté que Fatima avait l’intention de faire appel et a invoqué devant la justice son droit à la liberté d’expression garanti par la constitution marocaine.

Il a poursuivi en disant que sa sœur s’était excusée publiquement auprès de « tous ceux qui avaient été offensés » par ses publications, soulignant qu’elle n’avait jamais eu l’intention de nuire à l’islam, notant que la peine de deux ans était « une peine sévère qui nous ramène de nombreuses années en arrière ».

L’article 267-5 du code pénal marocain, en vertu duquel Fatima Karim a été condamnée, prévoit une peine d’emprisonnement de six mois à deux ans pour quiconque « offense la religion islamique » et la peine peut être portée à cinq ans de prison si l’infraction est commis en public, « y compris par voie électronique.

Les organisations de défense des droits de l’homme ont dénoncé l’article spécifique, déclarant que « le libellé » ne définit pas spécifiquement « ce qui pourrait être décrit comme » sapant « .

Il est rapporté qu’en juin 2021, un tribunal marocain a condamné une femme italo-marocaine à 3 ans et demi de prison pour « atteinte à la religion islamique » pour avoir publié des phrases satiriques qui imitent des versets du Coran sur Facebook, mais elle était libérée peu de temps après, et après appel, elle a été condamnée à deux mois de prison avec sursis, après une campagne de protestation des organisations de défense des droits de l’homme.

Article précédentCanada: Un politicien canadien avale une abeille lors d’une conférence de presse en direct
Article suivantL’ambassade de France répond aux accusations étrangères du Mali, la polémique continue entre Paris et Bamako