UNESCO: une alerte au tsunami qui frappera la Méditerranée

0
alerte au tsunami
A man walks by the sea as the waves break against a coastal road during the annual winter storm in the Egyptian port city of Alexandria on January 19, 2018. (Photo by STRINGER / AFP)
Advertisement

Une organisation des Nations unies a mis en garde contre une menace très sérieuse pour les principales villes côtières de la Méditerranée, dont Marseille, Alexandrie et Istanbul.

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture « UNESCO » a déclaré qu’il existe un risque confirmé à 100% qu’un tsunami se produise au cours des trois prochaines décennies et qu’il frappe les villes côtières de la Méditerranée, appelant à la nécessité de se préparer à cette question, selon à un rapport publié par le journal The Guardian .

L’UNESCO s’attend à ce que ces villes connaissent des vagues de hautes eaux de plus d’un mètre dans les années à venir, en particulier avec l’élévation du niveau de la mer, l’activité sismique et volcanique et les glissements de terrain.

Elle a souligné que les risques de tsunami ne doivent pas être sous-estimés dans les zones côtières, en particulier en Méditerranée, notant que les villes bordant les océans Pacifique et Indien sont conscientes des risques de tsunamis, où la plupart des tsunamis se produisent.

L’organisation a ajouté que cinq villes sont à risque en Méditerranée, rejoignant 40 autres villes menacées par les tsunamis dans 21 pays d’ici l’année prochaine.

Suffit-il de tirer la sonnette d’alarme ?

« Le système mondial d’alerte aux tsunamis est efficace pour détecter les vagues très rapidement, mais il ne suffit pas de donner l’alerte pour sauver des vies, car les communautés des villes côtières doivent être formées pour réagir de la bonne manière », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, dans un déclaration .

Elle a ajouté que l’UNESCO s’est fortement engagée à former les communautés côtières du monde entier d’ici 2030.

Plans de réponse aux tsunamis

Pour que les communautés côtières soient prêtes pour un tsunami, l’organisation souligne qu’elles doivent « élaborer un plan de réduction des risques, identifier et cartographier les zones de danger, développer du matériel de sensibilisation et d’éducation du public, créer des cartes d’évacuation du tsunami conviviales et afficher publiquement ces informations ».

Le programme de l’UNESCO pour la réponse aux tsunamis comprend 12 indicateurs, couvrant toutes les étapes requises, à commencer par l’évaluation des risques, la préparation et la réponse en proportion des besoins locaux.

« Les vagues de tsunami affectent les sociétés différemment, car il n’y a pas de plan unique », a déclaré Vladimir Ryabinin, commissaire de la Commission océanographique de l’UNESCO.

Il a noté que toutes les sociétés peuvent « s’appuyer sur l’expertise de l’UNESCO pour élaborer une stratégie adaptée aux facteurs de risque locaux ».

Selon les données de l’organisation, les tsunamis se produisent relativement rarement, car le Centre d’alerte du Pacifique de l’UNESCO a répondu à lui seul à 125 tsunamis, en moyenne sept fois par an.

En 2004, le tsunami de l’océan Indien a tué environ 230 000 personnes dans 14 pays, tandis qu’un tremblement de terre et un tsunami de magnitude 9,1 en 2011 ont tué 18 000 personnes au Japon.

Article précédentTunisie: Le recul des libertés affecte-t-il les accords de défense avec l’Occident ?
Article suivant13 avions militaires chinois franchissent la ligne de démarcation dans le détroit de Taiwan