France-Algérie: 5 dossiers importants attendent Macron lors de sa visite en Algérie le 25 août

0
président français Emmanuel Macron
Advertisement

France-Algérie: Des sources bien informées ont révélé que le président français Emmanuel Macron effectuera une visite officielle en Algérie le 25 août, à la tête d’une importante délégation ministérielle conduite par Catherine Colon, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, en plus d’autres responsables gouvernementaux.

La visite de Macron revêt une grande importance au vu des dossiers épineux qui devraient être mis sur la table des discussions entre les deux pays, de la nature des relations bilatérales aux relations économiques et aux dossiers internationaux, en passant par la mémoire et le dossier des peuples. mouvement.

Au vu des relations tendues que connaît l’axe Paris-Algérie, les deux parties s’emploieront, dans un premier temps, à restaurer la chaleur des relations bilatérales, après la période de blocage qui les a caractérisées en raison des propos du président Macron offensants pour l’histoire de l’Algérie, qui ont poussé L’Algérie rappelle son ancien ambassadeur à Paris, Antar Daoud, pour consultations.

Dans ce contexte, la visite de Macron vise, avant tout, à consolider ou rétablir la confiance entre les deux pays, avec la nécessité du plein respect de leur souveraineté tout en traitant du principe d’égalité.

Le rétablissement de la chaleur des relations algéro-françaises et le dépassement de l’étape de l’enlisement passeront inévitablement par l’ouverture du dossier de la mémoire, que l’Algérie attend du président Macron pour faire des pas vers l’Algérie durant son second mandat, sachant que le président Tebboune attache une grande importance à ce dossier, car il a précédemment affirmé que la qualité des relations entre l’Algérie et la France est liée au traitement du dossier de la mémoire qui est bloqué depuis des décennies. Les questions liées à la révolution éditoriale font partie des dossiers qui troublent la paix des relations algéro-françaises en raison de l’intransigeance de la partie française et de sa réticence à prendre des mesures concrètes et sérieuses, notamment en ce qui concerne la question des archives et des indemnisations liées au nucléaire. explosions dans le sud algérien et le reste des dossiers liés à la mémoire.

Le troisième dossier, qui sera abordé lors du voyage du président français, est lié à la circulation des personnes et à la recherche de solutions au problème des visas. Les scientifiques ont déclaré que Paris avait décidé de réduire d’environ 50% le quota de visas accordés aux Algériens, car plus plus de 32 000 demandes de visas ont été rejetées en 2021, selon le site « Schengen Visa Info », et qu’en réponse au refus de l’Algérie de coopérer dans le domaine de l’expulsion des clandestins, selon le scénario de Paris, auquel l’Algérie avait auparavant menti en totalité et en détail. Un autre chapitre des relations algéro-françaises liées aux affaires économiques sera ouvert à nouveau à cette occasion pour étudier la raison de la coopération, notamment dans la partie liée aux investissements français en Algérie et à la coopération dans le domaine de l’énergie, sachant que les investissements français ont beaucoup diminué ces dernières années en faveur d’autres puissances économiques comme la Chine, la Turquie, l’Italie. Faire avancer le partenariat économique entre Paris et l’Algérie nécessite l’activation d’un comité gouvernemental conjoint de haut niveau.

Le niveau entre les deux pays, qui ne s’est pas rencontré depuis 2017, où le sommet d’avril 2021 a été annulé en raison de la «crise sanitaire» selon le gouvernement français, tandis que des sources ont révélé que le report est intervenu après que l’Algérie a rejeté ce «sommet» en raison de l’agenda affiché par le gouvernement français qui n’est pas à la hauteur de ce à quoi l’Algérie aspire dans ses partenariats avec la France. 

L’autre dossier à l’ordre du jour concerne les questions internationales en général, les crises régionales comme le dossier libyen, la situation sécuritaire au Sahel, notamment au Mali, et les récents développements dangereux. L’Algérie œuvre pour rapprocher les parties financières et aider toutes les parties à revenir à la mise en œuvre de l’accord d’Alger, comme cela s’est produit lors de la dernière réunion tenue en Algérie, au cours de laquelle elle s’est conclue, par la signature du gouvernement malien et des mouvements signataires l’accord d’Alger, un certain nombre de décisions qui mettraient fin aux violences dont le pays est témoin, en particulier au cours de la dernière semaine. Pour ces raisons, la crise malienne sera un axe important des pourparlers compte tenu du rôle français au Mali et de la crise diplomatique entre Bamako et Paris concernant la présence française au Mali. 

L’importance qu’accorde l’Algérie au dossier financier est la même que l’importance qu’elle attache à la crise libyenne, qui a irradié l’Algérie pour soutenir les efforts des Nations unies et organiser des élections au cours desquelles le peuple libyen décidera du sort de son pays avec la nécessité du retrait des mercenaires et l’aventure des forces étrangères sur le territoire libyen.

Ce sont donc 5 dossiers de base qui seront mis sur la table entre Paris et l’Algérie dans l’espoir de trouver des solutions aux divergences évoquées et d’ouvrir de nouveaux horizons de coopération selon le principe du gagnant-gagnant.

Article précédentNouveau cahier des charges prêt en novembre: Retour des usines de montage d’électroménager
Article suivantUn écrivain marocain dénonce la trahison du Maroc et s’adresse à Mohammed VI : « Vous êtes stupide si vous imaginez qu’Israël combat l’Algérie. »