C’est un incroyable gâchis qui soulève l’indignation des enseignants et chercheurs de l’université de Bab Ezzouar (L’USTHB), la plus grande université du pays. Quatre voitures laboratoires, acquises rubis sur l’ongle durant les années 90, sont en ce moment détournées de leur vocation et se retrouvent entre les mains des agents de sécurité, au lieu de servir à la recherche scientifique laquelle accuse, pourtant, de nombreux retards dans notre pays.

Ces quatre laboratoires ambulants ont été mis à la disposition de la faculté de biologie et la faculté des sciences de la terre et de l’aménagement du territoire de l’USTHB. Logiquement, ces laboratoires devraient être au service des chercheurs qui partent sur le terrain pour approfondir leurs travaux scientifiques. Malheureusement, ces laboratoires n’ont plus cet usage. Ils sont détournées de leur vocation par des agents de sécurité de l’université !

Ces laboratoires ambulants sont tombés entre les mains de simples gardiens alors que les chercheurs algériens manquent de tout dans notre pays. Une absurdité qui dépasse l’entendement. En plus, ces quatre laboratoires ambulants sont régulièrement utilisés, selon plusieurs sources concordantes, à réparer des…pannes électriques !

Nous avons tenté de joindre le rectorat de l’USTHB pour nous fournir des explications à propos de cet incroyable gâchis, mais en vain.

Article précédentL’Etat enquête sur le non-rapatriement des devises générées par les exportations
Article suivantPas sexy la communication de crise en Algérie (Sbih, Khadra, Bounedjma)