Visas accordés aux Algériens : les précisions de la première ministre française

0
French Prime Minister Elisabeth Borne leaves the Elysee Palace after the weekly cabinet meeting in Paris, France, September 14, 2022. REUTERS/Benoit Tessier
Advertisement

Interrogée sur la délivrance des visas aux Algériens, la Première ministre française, Élisabeth Borne, a estimé qu’il s’agissait d’un acte de souveraineté, tout en mettant en exergue l’approche de la France basée sur l’immigration choisie.  

« Délivrer un visa est un acte de souveraineté. Nous souhaitons clarifier notre approche commune de l’immigration pour être plus constructifs et mettre en avant la mobilité choisie des étudiants, des entrepreneurs, des responsables politiques, des chercheurs, des acteurs culturels et sportifs, en étant aussi plus rigoureux dans la lutte contre l’immigration clandestine », a-t-elle expliqué dans des entretiens accordés à TSA et El Khabar.

Dans le même sens, elle a défendu l’idée d’un « renforcement des mobilités légales et le découragement des mobilités illégales », en soutenant que cela ne peut qu’être bénéfique pour les deux pays.

S’agissant du nombre de visas attribués aux étudiants, la responsable française a indiqué que celui-ci « n’a cessé d’augmenter, même pendant la période de fermeture des frontières générée par la pandémie, passant de 5 288 en 2019 à 7 717 en 2021, soit une hausse de 45% ».

« À la fin du mois d’août 2022, nous avions déjà délivré plus de 5 000 visas à des étudiants. Les étudiants algériens sont plus de 29 000 en France, c’est 8% du total des étudiants étrangers », a-t-elle souligné, ajoutant que « l’Algérie est deuxième en nombre d’étudiants en France, devant la Chine, l’Inde et l’Italie qui représente le premier contingent européen ».

Article précédentJustice : condamné à six mois de prison, Rachid Nekkaz quittera la prison en novembre
Article suivantRecensement de la population : l’opération prolongée d’une semaine