Le président de la commission de préparation olympique du Comité olympique algérien (COA), Ammar Brahmia, s’est défendu, aujourd’hui, lors d’une conférence de presse, de toutes les accusations qui l’ont visé concernant la gestion de l’argent de la préparation pour Rio 2016.

Il a évoqué tous les sujets liés à la participation aux Jeux Olympiques, de la prise en charge des athlètes participants à d’autres aspects comme le déplacements de proches des responsables du COA et de certaines fédérations avec la délégation.

Sans citer de noms, Brahmia a pointé du doigt certaines personnes qui veulent profiter de la maladie de Berraf pour «déstabiliser» le COA. Il a surtout incriminé une personne en particulier -l’allusion est faite probablement à Mahour Bacha, l’entraîneur de Bouraada-, sans donner pour autant une idée sur les motivations de ce dernier.

Brahmia s’est également refusé de polémiquer avec les athlètes. Il a même insisté sur les bonnes performances de Toufik Mekhloufi, qui avait sévèrement critiqué «les responsables du sport» à propos de la prise en charge des athlètes. «Aucun dossier de préparation n’a été rejeté. Bouraada a eu tous les stages qu’il voulait. De même pour Mekhloufi», a affirmé le conférencier. Il a ajouté que les dépenses de certains sportifs relatifs à ces JO ont été remboursées, comme c’est le cas avec les billets d’avion payés par Mekhloufi pour rejoindre Rio.

Concernant le fait que les proches de certains responsables faisaient partie de la délégation – c’est le cas des proches de Brahmia lui-même – il a indiqué que les mis en cause ont payé leurs places. Selon lui, ils n’ont pas été pris en charges par le COA. Il a indiqué, à ce propos, que des plaintes ont été déposés contre les médias qui l’ont accusé, à tort selon lui, d’avoir embarqué ses proches «sur le dos du COA». «Celui qui a des preuves sur une quelconque malversation ou détournement n’a qu’à recourir à la justice», dira en dernier lieu Brahmia.

Elyas Nour  

 

Rio 2016/ Les objections de Brahmia
Notez cet article