Présidentielle candidats

Lu sur L’Expression

Dès l’annonce de la convocation du corps électoral ce vendredi, la scène politique qui était jusque-là inerte et endormie, s’est subitement réveillée ce samedi puisque plusieurs partis se sont réunis et d’autres ont déjà programmé des activités et des rencontres pour cette semaine.

Advertisement

Le premier à régir électroniquement a été le candidat libre, Rachid Nekkaz, qui a annoncé sur sa page Facebook, vendredi, son intention de se présenter aujourd’hui à 11h au siège du ministère de l’Intérieur, pour retirer les formulaires.
Le département du ministre Belaïz avait indiqué dans un communiqué vendredi que le retrait des formulaires de souscription de signatures individuelles pour les candidats à la candidature pour l’élection présidentielle du jeudi 17 avril se fera à partir de samedi au siège du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, conformément aux dispositions de la loi organique du 12 janvier 2012 régissant le régime électoral.
Alors, dès samedi, les partis ont commencé à afficher leur couleur ou à exprimer leurs véritables positions sur la présidentielle 2014. Entre les candidatures et les soutiens à un 4e mandat, les choses commencent à s’éclaircir.
L’une des figures habituelles de l’élection présidentielle, Louisa Hanoune, a donné une demi-réponse pour sa participation à la présidentielle 2014, en annonçant seulement la participation de sa formation politique à la présidentielle et que le nom du représentant sera connu vendredi prochain. Même s’il n’y a pas de doute sur sa participation, la pasionaria de la scène politique pourrait être comme d’habitude, la seule femme qui participera à cette échéance.
Dans le camp des soutiens au 4e mandat du Président Bouteflika, le FLN s’est, une nouvelle fois exprimé. S’exprimant en marge de la commémoration du 40e jour après le décès de l’historien Abou El-Kassem Saâdallah tenu au siège du parti à Alger, le secrétaire général du FLN, Amar Saâdani, a une nouvelle fois occupé la scène politique pour manifester ouvertement son soutien pour un 4e mandat de Bouteflika.
Auparavant, le président de Tajamou Amal el Djazaïr (Taj), Amar Ghoul, a affirmé vendredi que sa formation politique ne s’opposait à aucun candidat à l’élection présidentielle du 17 avril prochain et qu’elle respectait tous les choix «loin de la culture d’invective et de discorde». Le Taj a même affirmé que si le Président Bouteflika se porte candidat à la prochaine élection présidentielle, il se dit prêt à animer la campagne électorale en sa faveur par fidélité et par reconnaissance aux acquis et réalisations qu’il a concrétisés.
Dans le même sillage et avec moins de franchise, le secrétaire général de l’Alliance nationale républicaine (ANR), Belkacem Sahli, a affirmé hier, aussi, que son parti apportera son soutien au candidat à la présidentielle 2014 qui réunira nombre de conditions dont sa capacité de consacrer les réformes et de consolider la stabilité politique, économique, sociale et sécuritaire du pays. Nul doute que l’ANR, qui nous a habitués ces derniers temps à un positionnement droit optera pour le candidat du consensus.
Mais ce positionnement politique ne sera pas projeté dans la même direction puisque dans le camp des récalcitrants, on retrouve le Front des forces socialistes (FFS) qui, à travers son secrétaire national, Ahmed Betatache, a déclaré, hier, que la prochaine élection présidentielle sera «fermée» et que l’ouverture du champ politique ne saurait se faire en trois mois pour aboutir à un scrutin «pluraliste, libre et régulier».

Lire la suite sur L’Expression