Le Mouvement citoyen algérien en France (MCAF) persiste et signe : le consulat d’Algérie à Nanterre a bel et bien été saccagé.

En réaction au « démenti formel » du ministère des Affaires étrangères, répercuté la semaine dernière par l’APS et l’ENTV, le Mouvement citoyen algérien en France (MCAF) maintient son propos en affirmant que la représentation consulaire d’Algérie à Nanterre a bel et bien été saccagée le 6 septembre dernier.

« Je confirme, encore une fois, que l’accueil du consulat d’Algérie à Nanterre a bien été saccagé, contrairement à ce que le secrétaire du ministère des Affaires étrangères… », lit-on dans un communiqué publié sur le site internet du mouvement, signé par son coordinateur, Omar Ait Mokhtar. « Samedi 6 septembre 2014, aux environs de 20H, un citoyen exaspéré a commencé par casser l’ordinateur d’une employée avant de l’agresser physiquement…. », relate le MCAF. Le MCAF pousse encore le bouchon plus loin et affirme que cet incident est loin d’être un cas isolé.  Il rappelle ainsi que  « dans ce même consulat, deux employés ont été admis à l’hôpital il y a de cela 2 mois et sortis avec 10 ou 15 jours d’arrêt de maladie. »

D’où tient M. Ait Mokhtar ces « vérités » ? « Nous avons visionné une vidéo chez le consul de Nanterre qui nous a fait part de la violence quotidienne qui règne au consulat », lit-on dans le communiqué.  Mais comment cet activiste a pu visionner une vidéo chez le Consul de Nanterre, de surcroît, une vidéo qui n’arrange pas les affaires du diplomate algérien à Nanterre et risque de compromettre sa carrière ? Interrogé par téléphone, le coordinateur du MCAF explique : « Nous, moi et deux autres militants associatifs (dont un certain Hanout Abdelmadjid), avons été voir le Consul pour tenter d’accélérer la procédure de renouvellement du passeport d’un compatriote (M. Baghdadi), qui s’était plaint au MCAF des lenteurs bureaucratiques dont il était victime ».

La « hogra des autorités consulaires »

M. Baghdadi, a en croire le communiqué du MCAF,  a été traduit devant la  justice française suite à une plainte déposée par le consul de Vitry sur Seine au motif d’avoir provoqué  une bagarre « d’une rare violence » qui s’est soldée par « l’hospitalisation d’un employé du consulat ». «M. Baghdadi, se sentait lésé dans ses droits et disait qu’il était victime de la hogra de la part des autorités consulaires »,  nous déclare le coordinateur du MCAF. Nous avons tenté de joindre M. Baghdadi plusieurs fois au cours de la journée pour avoir sa version des faits, mais nous sommes transférés automatiquement sur sa messagerie vocale.

Le MCAF rappelle au passage dans son communiqué « le saccage du véhicule du consul général d’Algérie à Paris  devant sa représentation diplomatique (il y a environ 6 mois, selon Ait Mokhtar) ». Les frais de réparation de la « Mercedes » du consul s’élèveraient à «  10.000 euros », toujours selon Ait Mokhtar.

Notre interlocuteur dit détenir ces informations de « deux vice-consuls à Nanterre ». Se disant « prêt à répondre à une convocation de la justice algérienne », le coordinateur du MCAF affirme qu’il donnerait les noms de ces deux hauts représentants diplomatiques à la justice, à condition que « leur protection soit garantie ».

Le MCAF conclut son communiqué par un appel en direction du Premier Ministre, Abdelmalek Sellal, lui demandant « d’intervenir sans délais pour mettre fin à cette situation indigne ».

Yacine Omar

Notez cet article