Le président du parti islamiste du Mouvement de la Société pour la paix (MSP) a défendu l’idée selon laquelle sa formation politique est une formation d’opposition. « Nous ne sommes pas des beni oui oui (larbins ndlr), a-t-il dit  

Animant une conférence de presse en marge d’une réunion de l’instance décisionnaire de son parti (madjlis echoura) ce samedi, Makri a tenté de convaincre que sa formation politique était un parti d’opposition « par excellence », a rapporté SabqPress.

« Les autorités doivent comprendre que nous sommes un parti d’opposition. Elles ne doivent pas être par le fait que nous ne soyons pas des Beni oui oui », a-t-il dit.

Le patron du MSP a lancé des accusations dangereuses contre l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) en affirmant que des cadres de son parti ont été rayés des listes électorales, lors des derniers rendez-vous électoraux, alors que les candidatures de trafiquants de drogue ont été validées et y en a même qui ont élus. « Où étaient les autorités à ce moment-là », s’est-il interrogé.

Article précédentDiplomatie / Abdelmadjid Tebboune en visite au Qatar à partir de ce samedi
Article suivantDiplomatie / l’ex-président du Conseil constitutionnel, Kamel Fenniche, nommé ambassadeur au Kazakhstan