Affaire ANEP : deux anciens cadres en détention provisoire et un ancien ministre sous contrôle judiciaire pour corruption

0
Affaire ANEP deux anciens cadres en détention provisoire et un ancien ministre sous contrôle judiciaire pour corruption

Algérie: Le Conseil judiciaire algérien a annoncé hier que deux anciens directeurs généraux de l’Agence nationale de l’édition et de la publicité (ANEP) ont été placés en détention provisoire, tandis que cinq autres suspects ont été mis sous contrôle judiciaire, dont un ancien ministre de la Communication.

Selon un communiqué diffusé par la télévision publique, les suspects ont été déférés devant le parquet « à la suite d’une enquête ouverte par l’intérêt régional pour l’enquête judiciaire de la Direction générale de la sécurité intérieure, sur des incidents de corruption et de gaspillage de deniers publics, concernant l’Agence nationale de l’édition et de la publicité, qui a causé des pertes au trésor public estimées à des milliards. »

Le communiqué ajoute que l’affaire « est liée au bénéfice des journaux microscopiques et d’autres qui n’existent pas dans l’arène médiatique des quotas publicitaires sans atteindre l’objectif de la publicité. »

Les deux anciens directeurs généraux de l’ANEP, K.J. et CHA, ont été placés en détention provisoire après interrogatoire des parties, tandis que cinq autres suspects, dont l’ancien ministre de la Communication Q.H., ont été placés sous contrôle judiciaire.

Cette affaire survient après les déclarations de l’ancien ministre de la Communication, Ammar Belhimer, en mai 2020, dans lesquelles il a déclaré que la gestion de l’ANEP au cours des vingt dernières années avait été « catastrophique ».

Selon lui, cette période était caractérisée par « l’incompétence, la mauvaise gestion, les pots-de-vin, la corruption, le gaspillage des fonds publics, le détournement des privilèges et la médiocrité, en plus de l’influence directe de cette institution par des forces étrangères et non institutionnelles sur les médias. »

Il a également évoqué l’existence d’une vaste initiative visant à épurer et corriger l’ANEP et à soutenir le conseil d’administration avec quatre comités d’audit.

Cette mise en détention provisoire d’anciens cadres de l’ANEP et le placement sous contrôle judiciaire d’un ancien ministre de la Communication soulignent l’importance de lutter contre la corruption et le gaspillage des deniers publics en Algérie. Cette affaire montre également que les autorités algériennes sont déterminées à poursuivre les auteurs de crimes financiers, quels que soient leur rang et leur statut.

Article précédentAgriculture : lancement de la culture du tournesol en mars
Article suivantRecep Tayyip Erdogan Dénonce l’Injustice à Gaza : Les États-Unis Critiqués pour l’Envoi d’un Porte-Avions en Israël