Le verdict est tombé, ce lundi, dans l’affaire de l’ancien patron de la résidence d’État du « Sahel », Hamid Melzi. Le principal accusé, ainsi que les deux anciens Premier ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal ont écopé de lourdes peines de prison.

Le juge a prononcé une peine de six ans de prison ferme, assortie d’une amende d’un million de dinars à l’encontre de l’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia.

Pour sa part, l’ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal a été condamné à une peine de cinq ans de prison, assortie d’une amende d’un million de dinars.

Le principal accusé, poursuivi pour « abus de fonction volontaire à l’effet d’accorder d’indus privilèges en violation des lois et réglementations », « conclusion de contrats en violation des dispositions législatives et réglementaires en vigueur pour attribution d’avantages injustifiés à autrui », a été condamné à une peine de cinq ans de prison, assortie d’une amende de huit millions de dinars.

Article précédentPopulation: La doyenne des Algériens a… 118 ans
Article suivantLe projet de fabrication du vaccin Sputnik-V en Algérie a-t-il été abandonné ? / les explications de Lotfi Benbahmed