Selon l’Association nationale des commerçants et artisans, les Algériens ont dépensé pas moins de 150 milliards de dinars pour acheter de nouveaux habits à leurs enfants pour l’Aid el Fitr.

Ainsi, la demande sur les vêtements et chaussures a augmenté de plus de 60%, à l’approche de l’Aïd el Fitr, indique l’association dans un communiqué, précisant que la plupart des vêtements commercialisés provenaient pourtant des stocks de l’année dernière.

Et d’ajouter que l’association a noté une reprise « relative » du commerce de l’habillement à travers les moyens de vente électroniques, notamment les réseaux sociaux.

La même source affirme, par ailleurs, que la production nationale est passée de 5% à plus de 20%  depuis le début de l’année dernière, et ce, grâce à certaines usines et quelque 3 000 ateliers de textile repartis à travers le pays.